Archives par mot-clé : archive

Journée d’étude Créer avec l’archive : détournement et manipulation – Programme

“Créer avec l’archive : détournement et manipulation”

20 juin 2013 – Université Rennes 2

Présentation de la journée par Jeanne Le Gallic et Marie Bulté

L’interrogation du double mouvement entre l’œuvre et l’archive lors du séminaire 2012 d’ALEF a permis de dégager l’archive comme matière première mais aussi comme visée de la production artistique et littéraire. L’archive (en tant que document mais aussi trace, rappel du passé) est déployée, détournée, réemployée au sein de l’œuvre. Elle peut devenir « jeu » entre le passé et le présent, entre la mémoire et l’histoire, entre le vrai et le faux et faire l’objet d’une manipulation, d’un détournement, voire d’une falsification. L’œuvre peut à son tour devenir une archive et ainsi faire trace de sa propre histoire et de sa propre mémoire.

Que devient l’archive lorsqu’elle quitte son espace institutionnel pour entrer dans le monde de l’art et de la littérature ? Garde-t-elle ses propriétés intrinsèques, ses valeurs de commencement et de commandement (dont parle Jacques Derrida dans Mal d’Archive, 1995) ? Perd-elle son caractère documentaire et sa valeur d’authentification si elle se destine à servir une fiction ? L’espace artistique et littéraire remet-il en question l’autorité historique ou mémorielle de l’archive ?

Cette journée d’étude vise ainsi à interroger ces possibles pratiques de détournement et de manipulation. Elle permettra aux doctorants et jeunes chercheurs d’interroger cette thématique autour de communications marquées par la pluridisciplinarité qui caractérise le laboratoire : études cinématographiques, théâtrales, musicologiques, plastiques et littéraires.

Continuer la lecture de Journée d’étude Créer avec l’archive : détournement et manipulation – Programme

Programme Séminaire 2012 – De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre

De l’œuvre à l’archive : de l’archive à l’œuvre

L’archive est un objet qui s’est imposé par son double intérêt méthodologique et théorique. D’un point de vue méthodologique, l’archive est un outil privilégié de la recherche scientifique, auquel tout chercheur se confronte quel que soit son champ disciplinaire. Mais l’archive revêt également un intérêt théorique prononcé.
Dans son essai Mal d’Archive paru en 1995, Jacques Derrida rappelle l’étymon grec arkhé, qui situe l’archive au croisement du commencement et du commandement. L’archive institue dès lors un double principe issu à la fois d’un commencement historique, physique ou ontologique et d’un ordonnancement, d’une compétence qui témoigne d’un pouvoir de consignation, de rassemblement et de fixation de l’archive. Elle est donc moyen d’instituer et de conserver la mémoire.
Faisant écho à ce schéma derridien, il semble en effet exister dans les œuvres d’arts contemporaines une tension dans leur recours à l’archive. L’archive est dans le même temps medium de la production artistique (dans les arts plastiques, au cinéma, au théâtre, en littérature) et visée potentielle de cette production. En confrontant, en déplaçant ou en associant l’archive à l’oeuvre, on déploie donc un faisceau de questionnements qui traversent l’acte de création artistique, son rapport à la mémoire, à l’institution, à la visibilité ou encore à la totalité.
Mais, l’archive a paradoxalement affaire à l’oubli, menace inhérente à sa propre existence tant l’institution d’une archive produit nécessairement un choix mémoriel qui conserve une histoire pour en délaisser d’autres. Au vu du développement exponentiel des nouvelles technologies, ce risque intrinsèque à l’archive se déploie sous de nouvelles modalités. En effet, l’archive à l’ère numérique tend à se démultiplier puisqu’elle ne procède plus nécessairement d’une institution et d’une décision archivistiques. Et devant ce « trop d’archive », le risque de l’oubli réapparaît sous la forme de la dilution et de l’indifférenciation.
L’arkheîon grec ou l’archivium latin sont d’ailleurs comme le mentionne Derrida le lieu où sont à la fois recueillis et interprétés les documents officiels, mais aussi le passage du privé au public, « au croisement (…) du lieu et de la loi, du support et de l’autorité » . Il sera donc possible de questionner ces lieux de mémoire, appelés « les Archives », à l’heure de la dématérialisation des données et de l’apparition de nouvelles formes d’archives telles que les « archives ouvertes ». A la fois mouvement de rassemblement et de dissociation, l’archive ne semble plus en mesure de garantir les limites du privé et du public, du secret et du visible, de la totalité et du fragment. Ces différents couples antinomiques doivent dès lors être observés par le prisme de la production artistique qui renégocie et institue sa propre conception de l’archive, en archivant ses propres œuvres, en la faisant œuvrer ou en la faisant œuvre.
Nos sociétés imposent en effet un rapport au temps toujours davantage centré sur le présent et nourrissent un imaginaire de l’ici et du maintenant. La question du rapport aux archives se pose alors comme un enjeu contemporain majeur : archives comme traces matérielles du passé mais surtout preuves qu’un présent se fait jour à chaque instant. Qu’est-ce qui fait archive et qui fait l’archive ? Où se situent les frontières entre l’œuvre et l’archive ? Comment parvenir à une totalité de l’archive sans risquer de la faire disparaître ?
Si ces questionnements restent les axes principaux de notre recherche, plusieurs pistes de réflexion se démarquent dès à présent. Outre des approches historiques et philosophiques nécessaires et préalables à une définition contextualisée de l’archive, il apparaît intéressant d’interroger le statut de « l’archivistique », le rapport de l’archive à l’Institution, la falsification de l’archive voire son détournement ou encore la notion d’archive vivante. Au coeur du processus double de réception et de création, l’archive semble donc se perdre, se renouveler et s’actualiser sans cesse au contact de la production artistique.

Programme

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2012 – De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre

Programme Séminaire 2013-2014 – Archive et création : entre ordre et désordre

« Archive et création : entre ordre et désordre »

Le nouveau séminaire ALEF, intitulé « Archive et création : entre ordre et désordre », s’inscrit dans la continuité des premiers travaux menés au sein du laboratoire. Après avoir exploré différentes acceptions et appropriations du terme « archive », étudié les rapports entre les archives, les arts et la littérature dans l’espace contemporain et analysé la façon dont la création artistique pouvait s’approprier l’archive comme matériau premier, il paraît désormais nécessaire de s’intéresser au classement archivistique de la création et d’en mesurer l’impact sur le travail du chercheur en art. Il s’agit ainsi d’observer à travers les trois figures de l’archiviste, du chercheur et de l’artiste les frottements qui s’exercent entre l’ordre inhérent à l’archivage et les mouvements de la création artistique.
En effet, si la technicité archivistique implique une méthodologie de classification, la création semble au contraire défier les règles d’une conservation élaborée selon des critères institutionnels. Ainsi, dans la mesure où des « fonds d’artistes » se voient aujourd’hui confiés aux lieux de dépôt et de traitement de l’archive tels la BNF ou l’IMEC, il paraît important d’interroger les moyens mis en oeuvre par les archivistes pour en assurer la conservation. Car au-delà du défi qu’elles lancent aux normes traditionnelles de classification, les pratiques artistiques présentent bien souvent un ordonnancement intrinsèque, si ce n’est «intime», susceptible d’être perturbé. Qu’en est-il dès lors de l’archivage de ces oeuvres substantiellement hors normes qui peuvent par ailleurs s’accompagner de productions matérielles précédant leur achèvement (brouillons, esquisses, scénarii, découpages techniques, cahiers de répétition, etc.) ?
De plus, si le geste d’archiver peut s’entendre comme une mise en récit de l’objet auquel il se réfère, récit qui renvoie alors à une pensée du monde et de l’Histoire, quels sont les impacts de la classification archivistique sur la recherche en art ? Quelles conséquences la catégorisation a-t-elle sur le parcours des chercheurs explorant les fonds d’archives ? Dans quelle mesure peut-elle les orienter, les ordonner, voire les limiter ?
Il importe également d’interroger artistes, écrivains et responsables de compagnies afin de partager avec eux leurs procédés de sélection des documents produits dans le cadre d’une création. Enfin, cette catégorisation se retrouvant à l’échelle institutionnelle dans les circuits de production et de diffusion des oeuvres, s’impose la nécessité de comprendre comment les artistes s’y inscrivent ou cherchent au contraire à s’en écarter.
Pour réfléchir à ces questions, le laboratoire ALEF accueillera durant son séminaire des artistes, chercheurs et archivistes quotidiennement confrontés à l’archivage de la création artistique. Il semble en effet primordial de soulever de nouvelles problématiques devant les mutations formelles et médiatiques que connaissent régulièrement leurs domaines professionnels respectifs (élaboration de bases de données, formes hybrides d’expression artistique, création numérique et obsolescence des supports, conservation des productions issues des arts du spectacle, etc.).

Comité d’organisation du séminaire: Sou-Maëlla Bolmey, Leslie Dagneaux, Simon Daniellou, Mathilde Dumontet, Alexandra Gaudechaux, Jérémy Houillère, Léonie Lauvaux, Lénaïg Le Faou, Séverine Leroy.

Programme

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2013-2014 – Archive et création : entre ordre et désordre

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 7 – L’archive comme invention – 2

“Les Aubes écarlates de Léonora Miano : contre l’oubli de l’Histoire, des archives à réinventer” par Marie Bulté

Marie Bulté est agrégée et doctorante en littérature comparée à l’université Rennes 2 sous la direction d’Emmanuel Bouju ; elle est spécialiste des fictions du témoignage dans les littératures africaines postcoloniales. En mai 2012 elle a participé à un colloque à Montréal sur la poétique de l’enfance avec une communication intitulée « L’enfance saisie par l’histoire, les enfants soldats dans les fictions francophones postcoloniales » ; elle a également publié un article en Juin 2012 sur la « Représentation spectaculaire de l’histoire immédiate africaine dans les romans postcoloniaux » dans le 1er numéro de la revue Ad-hoc.

Résumé :

Dans le chaos immédiat de la guerre civile qui sévit dans le roman de Léonora Miano, Les Aubes écarlates (2009), une strate historique plus ancienne vient sans cesse hanter les personnages de la diégèse, celle de la traite négrière. Sous forme de voix spectrales, les morts sans sépulture, ceux qui ont été engloutis par l’océan lors de la traversée, souhaitent conjurer l’oubli dans lequel ils sont plongés. Le texte de la romancière camerounaise tente alors de réinventer des archives face à ces deux béances – absence de traces matérielles et mémorielles – qui redoublent la béance de l’océan perçu comme gouffre[1]. Réinventer des archives c’est à la fois reconstruire ce qui a été oublié, c’est « donner une valeur nouvelle »[2] aux archives lacunaires de l’histoire officielle mais c’est aussi, dans le cadre d’une écriture romanesque, revendiquer la force de la fiction face au référent historique en ne s’interdisant pas de recourir au surnaturel. Le roman de Léonora Miano peut-il faire figure, en définitive, d’« archive idéale »[3] de l’Histoire ?

[1] Cf. Edouard Glissant dans Poétique de la Relation (1990).

[2] Trésor de la langue française, entrée « réinventer ».

[3] Emmanuel Bouju, La Transcription de l’histoire – Essai sur le roman européen de la fin du XXème siècle, Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2006, p. 133.

Publication en cours

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 1 – L’archive : définitions philosophiques et historiques – 2

Cette première séance coordonnée par Jeanne Le Gallic avait pour  vocation d’introduire la notion d’archive en interrogeant ses définitions historiques et philosophiques. Elle s’articulait autour de deux interventions : « Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui » par Patrick Marcilloux et « De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique » par Alexandre Serres.

“De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique” par Alexandre Serres

Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Rennes 2 depuis 2002 et co-responsable de l’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) Bretagne-Pays de la Loire, depuis 2002. Membre de l’équipe de recherche PREFICS (Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones – Information, Communication, Sociolinguistique), ses principaux domaines de recherche s’articulent en deux axes. Le premier concerne « la culture informationnelle », la formation des usagers, la didactique de l’information, la notion de translittératie et les différentes cultures de l’information. Il participe également dans ce cadre à plusieurs équipes de recherche nationales. Il est enfin fondateur et animateur d’un petit groupe de recherche interrégional : le GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’Information). Le deuxième axe est tourné vers « l’évaluation de l’information sur Internet » : enjeux, notions, compétences, pratiques informationnelles, formation.

Résumé :

Pour mieux comprendre la nature et les enjeux des traces et des archives numériques, un détour théorique peut s’avérer utile. Terme polysémique, la trace, avant de devenir numérique, était une notion difficile et elle a donné lieu à plusieurs problématiques théoriques, très riches et fécondes, portées par des esprits aussi grands que Paul Ricoeur, Carlo Ginzburg, Marc Bloch, Paul Veyne, Jacques Derrida ou Bruno Latour.
Après un bref rappel de ces approches de la trace, recensées dans un texte de 2002, l’accent sera mis sur deux problématiques : celle de la trace-indice et du paradigme indiciaire de Carlo Ginzburg, et celle de la trace-mémoire, notamment avec la problématique de l’archive chez Paul Ricoeur. Il s’agira ensuite de tenter de cerner les caractéristiques et les spécificités des traces numériques, leurs principales propriétés, afin de mieux voir ce qui les distingue des traces « analogiques », à la fois en tant que traces-indices et que traces-mémoire. Nous tâcherons enfin de réfléchir à l’articulation entre traces et archives, sous les conditions du numérique.

Publication en cours