Aux confins de l’enquête – Séance 1 – Echec de l’enquête

Séance 1 – 11 février 2016 : Echec de l’enquête

Séance coordonnée par Barbara Servant (Littérature comparée, Rennes 2) et Gaëlle Debeaux (Littéraire comparée, Rennes 2).

Représenter l’échec de l’enquête est-il à comprendre comme le refus ou l’impossibilité d’une reconstitution rationnelle du réel ? Peut-il paradoxalement acquérir une dimension positive ? L’art peut-il alors se présenter comme le lieu d’élaboration d’un discours du soupçon, voire d’une mise à l’épreuve de notre compréhension du monde ?

Alice Jacquelin (Littérature comparée, Université de Poitiers) : L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain.

Brice Evain (Histoire, Université Rennes 2) : Économie de l’inachèvement dans le roman policier d’énigme.


Alice Jacquelin, « L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain »

Agrégée de Lettres Modernes et ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Alice Jacquelin prépare actuellement une thèse de littérature comparée à l’université de Poitiers, sous la direction de Denis Mellier, portant sur le polar contemporain dans une perspective intermédiale et interculturelle.

        La communication d’Alice Jacquelin porte sur trois œuvres différentes : un roman de Fred Vargas, L’Armée furieuse, une série constituée de six épisodes et réalisée par Jane Campion, Top of the lake, et un film de Debra Granik, Winter’s bone. Ces trois œuvres ont en commun d’appartenir au « country noir ».

        Le syntagme « country noir » est une expression américaine que la langue française traduit de plusieurs manières, recoupant plusieurs réalités : « polar rural », « polar campagnard », « polar champêtre ». Pierric Guittaut souligne le problème terminologique rencontré en France, aucune des formulations précédentes ne semblant vraiment convenir. Pour définir le « country noir », il le relie au terme « backwoods », et surtout, l’oppose au hard boiled citadin, qui s’articule autour des figures du détective privé et de la femme fatale. Si le country noir a bien pour objet une enquête, son cadre se situe, contrairement au hard boiled, loin de la ville, à la campagne. Le genre connaît un succès récent, mais P. Guittaut souligne néanmoins que le country noir ne succède pas au hard boiled : il lui est concomitant. Il ne s’agit donc pas d’un genre nouveau. Pour nous éclairer sur ce point Alice Jacquelin commence donc par une rapide généalogie de ce genre. Né dans les années 30 avec les œuvres de Faulkner, il est représenté également dans les années 50 à travers par exemple les textes de Flannery O Connor ; puis dans les années 90, on le retrouve dans ceux de Mc Carthy. Enfin, le terme apparaît dans le titre même du roman de Daniel Woodrell : Give us a kiss : a country noir.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – Séance 1 – Echec de l’enquête

Programme Séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

« Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité »

Février 2016 > Novembre 2016

Un jeudi par mois, 15h-17h

Espace recherche ALC, Rennes 2

Contact : labo.alef@gmail.com

Présentation

Le cycle précédent du séminaire ALEF sur l’enquête, alors même que l’enquête était abordée comme modèle qui fonctionne, a mis en avant le fait que, bien souvent, ce qui intéresse l’art dans ce processus est son impossibilité à atteindre une résolution, ou bien ce qu’il laisse derrière lui, voire ses dérives. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons, dans cette deuxième session, interroger plus spécifiquement ce que font les artistes, les créateurs, les auteurs de ce qui déborde l’enquête, comprendre ce que l’art fait de ces opérations échouées – voire questionner la possibilité de l’art de faire échouer les enquêtes.

En effet, à la suite des travaux de Boltanski (Énigmes et complots : Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, NRF essais, 2012), le présupposé de ce séminaire est de prendre l’enquête comme outil à même de rétablir une chaîne de causalité rationnelle qui permette de comprendre et de résorber les instabilités du monde. En somme, l’enquête appose un discours sur le réel, qui, comme le soutient Arlette Farge, « a beau sembler être là, visible et préhensible, […] ne dit en fait rien d’autre que lui-même » (Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 19). C’est une des raisons permettant de comprendre l’importance accordée par l’État, notamment à la fin du XIXe siècle, aux formes de l’enquête par lesquelles il se donne pour tâche de garantir une stabilité, gage de l’unité sociale.

Or les pratiques artistiques menant ou issues d’enquêtes s’insinuent souvent dans les failles des investigations officielles ou en adoptent la forme pour la détourner, notamment en la conduisant vers des apories. De ce fait, les arts semblent s’emparer de l’enquête à rebours, comme un moyen pour questionner les discours d’État ou modéliser des mondes concurrents (Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Nîmes, J. Chambon, 1992). L’enquête en art peut-elle être comprise comme un moyen de mettre à l’épreuve les représentations communes ? Que fait l’art de ce qui reste des enquêtes et de ce qui résiste à l’enquête ?

L’objet de ce nouveau cycle du séminaire ALEF est donc de proposer des réflexions à ces interrogations sur les limites de l’enquête, en se concentrant sur des séances thématiques : l’échec, l’évidement, le sensible, la violence, l’inquiétude, les déchets.

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 7 – Enquêter l’enquête

Séance 7 – 12 novembre 2015 : Enquêter l’enquête

Séance coordonnée par Mathilde Dumontet (Études théâtrales — Rennes 2) et Jérôme Allain (archiviste – fonction publique territoriale)

Dans un jeu de mise en abime, cette séance clôture nos interrogations sur les différents espaces de l’enquête par une séance épistémologique sur la posture du chercheur. Quelle méthodologie utilise le chercheur qui travaille sur des objets d’étude investissant les modalités de l’enquête ? Que va-t-il regarder et selon quelles hypothèses ? Comment appréhender le déplacement du regard sur différentes échelles de lecture et qu’elles en sont les enjeux heuristiques ?

Gaspard Salatko (Anthropologie – Marseille) : Heuristique de la notion d’enquête appliquée à la conservation et à la restauration des artéfacts artistiques et patrimoniaux

Joël Kérouanton (Études théâtrales – Rennes 2) : L’enquête expérientielle comme méthodologie de recherche

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 7 – Enquêter l’enquête

Appel à communications séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête

Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

Le cycle précédent du séminaire ALEF sur l’enquête, alors même que l’enquête était abordée comme modèle qui fonctionne, a mis en avant le fait que, bien souvent, ce qui intéresse l’art dans ce processus est son impossibilité à atteindre une résolution, ou bien ce qu’il laisse derrière lui, voire ses dérives. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons, dans cette deuxième session, interroger plus spécifiquement ce que font les artistes, les créateurs, les auteurs de ce qui déborde l’enquête, comprendre ce que l’art fait de ces opérations échouées – voire questionner la possibilité de l’art de faire échouer les enquêtes.

Continuer la lecture de Appel à communications séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 6 – Investir l’œuvre, le récepteur comme enquêteur.

Séance 6 – 8 octobre 2015 : Investir l’œuvre, le récepteur comme enquêteur.

Séance Coordonnée par Barbara SERVANT (Littérature comparée, Cellam Rennes 2) et Sophie LORGERE (Cinéma, Rennes 2)

Peut-on considérer que les œuvres ouvertes et/ou ludiques, appelant une activité de reconstruction, un parcours de la part du récepteur, postulent un spectateur-lecteur enquêteur ? En quoi l’enquête du spectateur-lecteur le conduit-elle à recréer l’œuvre ?

 Gaëlle Debeaux (Littérature – Rennes 2) : Parcourir l’œuvre, est-ce l’enquêter ? Le cas de la lecture de l’hypertexte de fiction


Estelle Mouton-Rovira (Littérature – Paris 7) : Textes ludiques, textes trompeurs : straté- gies de lecture du lecteur-enquêteur


Estelle Mouton-Rovira (Littérature – Paris 7) : Textes ludiques, textes trompeurs : stratégies de lecture du lecteur-enquêteur

 La communication d’Estelle Mouton Rovira s’articule autour de trois fictions philologiques, L’œuvre posthume de Thomas Pilaster d’Eric Chevillard, La Réfutation majeure de Pierre Senges et La déconfite gigantale du sérieux d’Arno Bertina (Pietro di Vaglio), qui reproduisent le dispositif d’édition d’un texte et jouent sur l’identité de l’auteur.

En introduction, Estelle fait un point sur les théories de la lecture (Ingarden, Iser, M. Charles, U. Eco, P. Ricoeur, M. Picard) pour montrer comment elles ont accentué l’idée que le lecteur peut être enquêteur en valorisant son activité. En ce sens, elle souligne l’importance de la métaphore de l’enquête pour parler de la critique littéraire en rappelant qu’au milieu du 19e siècle, la découverte de la critique littéraire s’accompagne d’un grand mouvement de valorisation de l’enquête. Il existe en effet une parenté formelle entre lecture et enquête ; interprétation et enquête (cf Ginzburg).

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 6 – Investir l’œuvre, le récepteur comme enquêteur.

Arts, littératures, échanges, frontières

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search