Archives de catégorie : Résumé

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 1 – L’archive : définitions philosophiques et historiques – 1

Cette première séance coordonnée par Jeanne Le Gallic avait pour  vocation d’introduire la notion d’archive en interrogeant ses définitions historiques et philosophiques. Elle s’articulait autour de deux interventions : « Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui » par Patrick Marcilloux et « De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique » par Alexandre Serres.

“Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui” par Patrice Marcilloux

Archiviste-paléographe (École nationale des Chartes) et conservateur du patrimoine (École nationale du patrimoine), Patrice Marcilloux a dirigé les Archives départementales de l’Aisne, du Pas-de-Calais et du Loiret, avant d’être nommé maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers en 2005. Il y assume la responsabilité pédagogique de la licence professionnelle « Traitement et gestion des archives et des bibliothèques » et participe à l’animation de l’ensemble de la filière archives de cette université. Il est également vice-doyen de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Angers, en charge de la pédagogie et de la vie étudiante.
Ses recherches ont initialement porté sur la reconstruction après la première guerre mondiale et sur l’histoire de la musique comme fait social. Ses travaux portent aujourd’hui à la fois sur les formes nouvelles de la demande sociale d’archives et sur l’histoire des archives à l’époque contemporaine. Il anime l’axe ALMA (Archives, Livres, Manuscrits et Autres supports) du CERHIO-UMR 6258 (Centre de recherches historiques de l’Ouest, site d’Angers). Il est membre du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), secrétaire de la section d’histoire contemporaine et du temps présent.

Résumé :

Le point de départ de notre propos réside dans la constatation d’un paradoxe apparent : jamais peut-être le mot « archives » n’a connu ne telle diffusion terminologique dans la société et, en même temps, jamais la crise institutionnelle des archives n’a été aussi forte, ou du moins aussi nettement ressentie par les professionnels. L’étude de ce décalage est riche d’enseignements. D’une part cette vigueur lexicométrique s’accompagne d’un élargissement de l’aire sémantique autour du mot « archives » doublée d’une hétérogénéisation polysémique. D’autre part, surtout, le phénomène laisse entrevoir l’existence de demandes sociales mal identifiées et donc insuffisamment satisfaites, ou trouvant des formes de réponses nouvelles et ailleurs que dans les lieux institutionnels classiques. L’ensemble est assez typique de ce qu’on serait tenté d’appeler un « moment archives » qui se traduit bien dans l’intérêt renouvelé des sciences humaines et sociales.

Publication en cours

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 5 – Détournement, Falsification, Réemploi – 1

Initials MM (Marilyn chez les autres)” par Eric Thouvenel

Éric Thouvenel est maître de conférences en Études cinématographiques à l’université Rennes 2, spécialiste des pratiques de réemploi dans le cinéma expérimental et les arts visuels contemporains.

Résumé :

Vue, revue, reprise, caricaturée, rêvée, réinventée… Les comparutions post mortem de l’actrice Norma Jean Mortenson (1926-1962), mieux connue sous le nom de Marilyn Monroe, dépassent de loin le nombre des rôles qu’elle a effectivement interprétés au long de sa fulgurante carrière. Cette communication se propose de traiter des réappropriations de Marilyn Monroe à titre de motif iconographique, de la fin des années 1950 à nos jours et chez des cinéastes aussi différents que Pier Paolo Pasolini, Robert Zemeckis, Bruce Conner ou Paolo Gioli. Qu’il s’agisse pour eux de faire de l’actrice le support d’une critique des images dont elle aura été l’une des plus célèbres victimes, ou bien, à l’instar des Mémoires imaginaires de Marilyn de Norman Mailer, de redonner voix à celle qui entre toutes en fut privé, emprisonnée qu’elle était dans sa propre iconicité, c’est bien toujours d’un enfer de la représentation que traitent ces films, et dont on aimerait ici parcourir les cercles.

Publication en cours