Archives de catégorie : Compte rendu

Aux confins de l’enquête – séance 6 : Les déchets de l’enquête & conclusion

Cycle 2 – Séance 6 – Jeudi 24 novembre 2016 : Les déchets de l’enquête

Séance coordonnée par Hélène Heyraud (Histoire de l’art, Rennes 2) et Mathilde Dumontet (Études théâtrales, Rennes 2)

Que reste-t-il des d’une enquête qui ne soit pas transformé en preuve ? Que nous disent sur l’enquête et sa vision du monde ces traces, restes, vestiges, résidus, mis de côté ? Proche du rebut, comment le déchet interroge-t-il les notions d’exclusion, de marge, de perte, d’oubli, de silence et de béance propres à toute enquête ?

Marie Druais (Histoire de l’art – Rennes 2) : Gestes et culture populaire autour de la mort en Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles : la difficile relation aux sources.
Marion Denizot (Études théâtrales – Rennes 2) : L’historien et ses rebuts : une histoire de contraintes.
/!\ Marion Denizot n’a malheureusement pas pu être présente lors de cette dernière séance.
Gaëlle Debeaux (Littérature – Rennes 2) : Synthèse conclusive des deux années de séminaires sur l’enquête

Marie Druais (Histoire de l’art – Rennes 2) : Gestes et culture populaire autour de la mort en Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles : la difficile relation aux sources.

Marie Druais est doctorante en histoire de l’art, spécialiste de la mort en Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. Dans son travail de thèse, sur lequel s’appuie son intervention, elle a choisi l’angle de l’iconologie et à sa suite, celui de l’histoire des mentalités, dite aussi histoire culturelle. Sa communication porte sur les gestes liés à la mort et la difficile relation aux sources de l’historien face à ce sujet.

Après une introduction sur les travaux d’Aby Warburg et d’Erwin Panofksy consacrés à l’iconologie (acceptée aujourd’hui sous le terme d’iconographie), le propos se concentre sur la réception des images de la mort par les paroissiens, principaux concernés par ces représentations. Pour évaluer les relations entretenues entre l’image et le récepteur, les sources écrites anciennes sont le plus souvent convoqués.
L’enquête historique se complexifie quand se pose la question desdites sources : la culture populaire d’alors était majoritairement orale. De nouvelles méthodes de recherche ont dû être établies par les représentants de la Nouvelle Histoire pour questionner les sociétés dans leur ensemble, et non plus seulement l’histoire de l’individu. L’existence de sources orales permet de questionner les creux laissés par les sources écrites et interrogent la vérité unilatérale de celles-ci.
Au XIXe siècle, les intellectuels de l’Europe entière œuvrent pour préserver la culture populaire orale en la recueillant en l’état, l’élevant ainsi au rang d’objet d’étude avec ses méthodes et ses critiques propres. Cette histoire orale résiste cependant difficilement à l’histoire méthodique du XXe siècle, qui considère les éléments de la culture populaire comme peu fiables et de peu d’intérêts pour une histoire évènementielle, dite la « Grande Histoire ». L’école des Annales, évoluant vers l’histoire culturelle sous le nom de « Nouvelle Histoire », permet ainsi l’étude de la culture populaire des siècles antérieurs, dans laquelle les travaux sur la mort et les gestes liés tiennent une place privilégiée.
Alain Croix et Eva Guillorel, historiens de formation, s’intéressent aux répertoires de chants tragiques bretons, nommés gwerzioù, comme sources pour l’histoire culturelle. Alain Croix liste les différentes sources écrites existantes, qui soulèvent trois problèmes majeurs : premièrement, ces sources privilégient les élites sociales et culturelles ; deuxièmement, la part du conformisme social ainsi que l’influence est difficile à évaluer, de plus, les éléments s’éloignant de l’orthodoxie catholique sont le plus souvent absents ; troisièmement, ces documents sont des sources indirectes, incluant une part d’interprétation et une possible déformation du sens. Les sources écrites concernant la connaissance des gestes doivent ainsi faire l’objet d’une certaine attention critique et certains éléments qu’elles contiennent peuvent devenir des « déchets » de l’enquête.
Cependant, les sources recueillies au XIXe siècle, issues de témoignages oraux contemporains, pourraient venir compléter les sources écrites. Elles sont notamment composées de nombreux mystères (pièces de théâtre de composition savante en langue vernaculaire), de divers chants, de témoignages provenant des récits de voyage et de légendes, etc. Eva Guillorel suggère de soumettre ces sources issues de l’oralité à la critique pour comprendre les conditions de la collecte, le choix des lieux de collecte et des informateurs et questionner le problème de la provenance initiale, de la transmission ainsi que de la véracité du chant. Pour le Bretagne, contexte de l’étude, deux avantages existent : c’est une région qui a bénéficié d’une récolte et d’un récolement rigoureux et abondant, et les gwerzioù, décrivant des faits tragiques à caractère local avec un important souci du détail, possèdent les caractéristiques nécessaires pour une analyse historique. Cependant, l’exploitation de ce corpus reste exceptionnelle, et les sources concernant les croyances et les pratiques relatives à la mort aux XVIe et XVIIe siècles restent relativement muettes…
Alain Croix vient ainsi en aide au chercheur avec sa méthode des « ponts chronologiques », aussi appelée « méthode régressive », qui lui permet de passer du XIXe siècle aux XVIe et XVIIe siècles sans trop de risques, grâce à la similitude de certains gestes, et en utilisant une documentation chronologique intermédiaire. Alain Croix distingue cinq types d’exemples : les traces continues avec interprétation tardive ; les traces discontinues avec une interprétation sommaire ancienne ; les traces discontinues avec une interprétation ancienne satisfaisante ; les pratiques attestées aux périodes anciennes et n’ayant plus traces au XIXe siècle ; et enfin, l’absence de traces anciennes d’un geste relevé au XIXe siècle.
C’est ce dernier type d’exemples que Marie Druais cherche à interroger dans son travail. Pour se faire, elle a opté pour une recherche en biais, dans les archives d les procès de sorcellerie, dans lesquels elle fait l’hypothèse de trouver des informations concernant les gestes liés de la mort. Ces procès concernant des gestes profanes en dehors de l’orthodoxie s’avèreront potentiellement être des indicateurs de cette relation à la mort.

Les déchets de l’enquête sont nombreux concernant ce sujet d’étude. L’enchevêtrement des données, provenant de sources extrêmement diverses, est problématique puisqu’un grand nombre d’éléments inexploitables en résultent. Les images pourraient ainsi renseigner le chercheur, mais celles-ci demeurent aussi relativement muettes, tant la forme choisie est synthétique. Il faut alors utiliser des moyens détournés, utiliser « tout ce qui n’est pas l’image ». Ainsi, Marie Druais conclut : « Comprendre les gestes populaires bretons concernant la mort, afin d’entrevoir la nature symbolique des images de la mort, est une enquête difficile et complexe, qui implique également d’apprendre à composer avec ses déchets, quels qu’ils soient. »

Gaëlle Debeaux (Littérature – Rennes 2) : Synthèse conclusive des deux années de séminaires sur l’enquête

L’intervenante commence par rappeler le postulat définitionnel des séminaires : prendre l’enquête comme modalité d’appréhension du monde qui repose sur la découverte d’indices utilisés pour reconstituer une chaine causale expliquant rationnellement les phénomènes du réel. Or, à partir du XXe siècle, l’art remet en cause la faculté de l’enquête à ordonner le réel. Si le premier séminaire visait à dessiner un panorama des différents espaces où enquête et art se confrontent (processus de création, fiction, réception, critique), les interventions ont rapidement montré que les artistes s’emparaient le plus souvent du modèle de l’enquête pour le détourner, allant jusqu’à le faire dysfonctionner. Cette orientation, assumée lors du deuxième séminaire, problématise l’enquête en tant que « forme, modèle à évider et réinvestir, afin d’en montrer les excès, les violences, les dérives possibles »(Gaëlle Debeaux).
Après une introduction qui retrace le cheminement des réflexions à l’origine de la fabrication de deux années de séminaire, Gaëlle Debeaux met en lumière les thématiques et questionnements des différentes interventions.
Son premier point met en exergue une opposition entre enquête et art relevée par les interventions d’Hervé Lacombe, Alexandre Dupont ou bien encore Vincent Escalle. Les deux auraient un principe de base commun – utiliser ce qui fait obstacle à la compréhension du monde – mais se distingueraient sur le résultat souhaité : le premier cherche à remettre de l’ordre là où le second, surtout au XXe siècle, s’intéresse plus au « trouble dans l’expérience » (Alexandre Dupont).
Si la linéarité de l’enquête est souvent remise en cause par les pratiques artistiques, le motif lui reste très fécond dans les œuvres à portée narrative (comme l’ont montré les interventions d’Alice Forge, Alice Jacquelin, Victoria Lagrange). Travailler à partir de l’imaginaire commun de l’enquête permet plus aisément de jouer avec ces codes intégrés par les lecteurs-spectateurs.
Mais c’est surtout l’enquête comme processus, et en particulier comme processus de recueil de l’information, qui semble intéresser les artistes. Recueil et lecture de l’information qu’ils cherchent à complexifier le rapport au réel en montrant par exemple son aspect rhizomatique, démultiplié (interventions de Sophie Lorgeré, Clara Hédouin, Elise Wiener).
Ainsi, la résolution n’est plus le point saillant de l’enquête. Majoritairement les artistes étudiés font en sorte de déjouer la fin en rendant la lecture totale impossible (intervention de Gaëlle Debeaux) ou en proposant plusieurs résolutions possibles (Brice Evain). L’inachèvement de l’enquête peut être ludique (le texte n’impose plus sa réponse mais propose), mais aussi recourir un aspect plus pessimiste en soulignant l’impossibilité de donner sens au monde (Geneviève Dragon, Victoria Lagrange), ou encore être initiatique (Clara Hedouin).
L’enquête semble alors surtout être paradoxalement utilisée pour renforcer l’opacité du monde. C’est alors que les images de rhizome, labyrinthe, bobine de fils, reviennent dans de nombreuses interventions. Etudier les processus de tissages et d’interactions devient alors nécessairement le parti pris de certains chercheurs (Martin Givors). Apparait aussi la dialectique entre la surface et la profondeur, qui met en exergue l’idée d’un sens caché inaccessible (Quentin Montagne, Barbara Servant).
Certains artistes, ne se satisfaisant pas de montrer ou de jouer avec les faiblesses de l’enquête, menacent cette modalité de représentation du monde en proposant de fausses enquêtes, brouillant les frontières entre fiction et réalité (Estelle Mouton Rovira, Charline Pluvinet, Louise Couturier, Laurence Corbel, Magali Alphand). L’artiste s’empare de l’enquête pour manipuler le récepteur en utilisant l’aura de vérité dont elle bénéficie.Ces dérives permettent ainsi parfois d’ouvrir l’œuvre d’art sur une forme de rêverie qui se rapprocherait alors de la quête (Laurence Corbel, Guillaume Linard Osorio, Vincent Escalle).
Pour terminer ce tour d’horizon, Gaëlle Debeaux revient sur les interrogations épistémologiques de la posture de chercheur et la distinction entre recherche et enquête. L’enquête du chercheur, contrairement à celle de l’artiste, tenterait de combler un manque, par exemple pour reconstituer une œuvre perdue (Hervé Lacombe, Mathilde Dumontet, Gaspard Salatko, Lou Cantor). Certaines interventions soulignent alors l’influence de la sensibilité du chercheur dans sa propre enquête (Lou Cantor, Joël Kerouanton, Martin Givors). Gaëlle Debeaux conclut sur la relation oblique entre l’approche artistique qui met au jour les ambivalences de l’enquête et l’enquête sur la pratique artistique qui vient installer du « jeu », au sens mécanique, au sein de l’œuvre. Ainsi, l’enquête en art serait plutôt un geste inquiet, non stable.

Aux confins de l’enquête – séance 4 – Violence(s) de l’enquête

Cycle 2 – 19 février 2016 : Violence(s) de l’enquête

Séance coordonnée par Hélène Heyraud (Histoire de l’art, Rennes 2) et Gaëlle Debeaux (Littérature comparée, Rennes 2).

L’enquête est-elle nécessairement liée à la violence, et si oui, quelles sont les différentes formes de violence liées à l’enquête ? En quoi l’enquête, comme discours d’autorité ou discours autoritaire, suppose-t-elle une violence symbolique ou idéologique ? Comment questionner artistiquement l’autorité de l’enquête ?

Victoria Lagrange (Littérature comparée, Université de Poitiers) : Violence et enquête policière dans la réécriture des contes de Grimm.

Jil Daniel (Esthétique, Université Rennes 2) : 68 d’hier et 68 d’aujourd’hui, ou comment gérer la récupération politique d’une insurrection, cas spécifique de la pratique graphique.


Victoria Lagrange, « Violence et enquête policière dans la réécriture des contes de Grimm »

Victoria Lagrange est en première année de doctorat en Littérature comparée à l’Université de Poitiers sous la direction de M. Denis Mellier (laboratoire FoReLL). Elle travaille sur les réécritures contemporaines des contes de Grimm. Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, elle a réalisé deux mémoires en littérature comparée sous la direction de M. Henri Garric : « L’identification au personnage violent en littérature et au cinéma » et « Rire et horreur dans les adaptations cinématographiques d’Edgar Allan Poe ».

        Victoria Lagrange propose, à partir d’un corpus contemporain de reprises des contes de Grimm à la fois littéraire (Fables, Bill Willingham, Marc Buckingham, Saint-Laurent- du-Var, DC Comics, en cours), télévisé (Grimm, David Greenwalt et Jim Kouf, USA, NBC, en cours, et Once Upon a time, Edward Kitsis et Adam Horowitz, USA, ABC, en cours) et vidéoludique (The Wolf among us, Telltale Games, 2013), de penser la « reconfiguration narrative des contes » à partir du schéma de l’enquête. Elle rappelle en préambule le rôle fondateur de La Compagnie des loups d’Angela Carter, paru en 1979 : c’est à partir de cette œuvre pivot que les réécritures des contes de Grimm se détournent de la question de la moralité pour s’orienter vers  des éléments plus sombres comme une attirance pour les crimes et l’interdit et une érotisation de la violence. Ce corpus permet d’interroger la raison conduisant à l’investissement de l’enquête policière comme schéma de réécriture, faisant basculer d’une violence morale vers une violence criminelle. Plus encore, Victoria Lagrange se demande si l’enquête est une façon de transposer les contes dans le monde contemporain, en coïncidant avec une habitude de réception, ou s’il faut la voir comme le vecteur de création d’un monde hybride, moitié merveilleux, moitié policier.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – séance 4 – Violence(s) de l’enquête

Aux confins de l’enquête – séance 3 – L’enquête comme expérience sensible

Cycle 2 – 25 avril 2016 : L’enquête comme expérience sensible

Séance coordonnée par Kévin Gohon (musicologie, Rennes 2) et Mathilde Dumontet (Études théâtrales, Rennes 2)

En quoi l’enquête implique-t-elle une forme de corporalité ? Le corps enquêté ou enquêteur peut-il faire œuvre d’art ? Peut-on enquêter la mémoire du corps ? L’enquête peut-elle être envisagée comme moyen d’accès au monde sensible, et de quelle façon ? Toute enquête est-elle forcément narrative ?

Martin Givors (Arts du spectacle – Grenoble Alpes) : Approcher le sensible par le sensible, enquête ethnographique et performative comme corps à corps.

Lou Cantor (Danseuse) : Enquête et (ré)écriture chorégraphiques comme interrogations sur le corps du danseur. 


Martin Givors, “Approcher le sensible par le sensible, enquête ethnographique et performative comme corps à corps”

Martin Givors est doctorant contractuel au sein du laboratoire Litt&Arts (EA 7355) de l’Université Grenoble Alpes et travaille sous la direction de Gretchen Schiller depuis 2014. Ses recherches portent sur le rôle de l’affect (Massumi) dans la mutation des corporéités de danseurs aux parcours interartistiques. Il effectue un travail de terrain principalement auprès des compagnies Eastman (Fractus V, 2015) et Yoann Bourgeois (Celui qui tombe, 2014). Pour ce faire, il mobilise un corpus théorique s’articulant autour de la littérature des pratiques somatiques, des arts de la scène, de l’anthropologie et des sciences cognitives.

        Pour cette intervention, Martin Givors tente de définir une méthodologie pour questionner la perception et l’utilisation de l’énergie par les interprètes en danse. Ses recherches se focalisent sur le corps en tant qu’entité vécue (Lebenswelt) différent du corps anatomique des sciences médicales. Il commence par revenir sur la définition problématique du corps, en refusant le dualisme classique entre corps et esprit, mais sans pour autant les considérer en une seule entité. Corps et esprit seraient interdépendants sans être réduits l’un à l’autre, dans une relation en chiasme. Il définit ensuite l’énergie comme le mélange d’une entrée en relation de l’interprète avec un élément de l’environnement (qui peut être une partie de son propre corps). Ce mélange génère alors une  affection au sens de Spinoza – c’est-à-dire un changement d’état– avec un potentiel d’action et un potentiel de réponse, comme impulsion, qui vont générer une densité de la réaction. Dans le cadre de ses recherches, il souhaite interroger les danseurs sur le spectre énergétique autant dans les situations de répétitions que dans celles de créations ou de représentations, pour en analyser les différentes variations. Le corps du danseur devient alors le lieu de l’enquête et le terrain privilégié pour récolter des informations. Martin Givors articule son intervention en trois points : questionner le sensible à partir de l’anthropologie du sensible définie par François Laplantine, présenter des techniques d’enquête de la strate énergétique et interroger la place du corps de l’enquêteur dans cette enquête.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – séance 3 – L’enquête comme expérience sensible

Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement

Séance 2 – 18 mars 2016 : Enquête et évidement

Séance coordonnée par Alexandre Dupont (Esthétique, Rennes 2) et Lola Lorant (Histoire de l’art, Rennes 2)

En quoi les enquêtes artistiques peuvent-elles conduire à la mise en évidence d’apories ? Peut-on penser des enquêtes sans objet ? Vidée de son sens, garde-t-elle une forme ? Peut-on penser une enquête qui refuserait toute finalité pour se nourrir de sa propre dynamique ?

Anaïs Oléron (Littérature française – Université de Reims) : Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet).

Louise Couturier (Études cinématographiques – Paris X-Nanterre) : Louise-Michel ou le retournement de l’Affaire JFK.

Quentin Montagne (Arts plastiques – Rennes 2) : La sirène au cœur de l’enquête : cryptozoologie, docu-fiction et théorie du complot.


Anaïs Oléron,  “Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet).”

Agrégée de lettres modernes, Anaïs Oléran prépare une thèse à l’université de Reims, sous la direction de Frank Wagner. Ses recherches portent sur la non fiabilité narrative dans la littérature française contemporaine.

          Dans son introduction, Anaïs Oléron présente l’enquête comme une démarche heuristique et aléthique, qui induit une recherche de vérité sous-jacente après un bouleversement. Mais ce modèle de l’enquête est reconfiguré dans les romans d’Alain Robbe-Grillet. L’auteur, associé à la mouvance du Nouveau Roman, vide le modèle standard de l’enquête policière de son efficacité attendue. Le lecteur qui déploie des efforts pour rassembler les indices et la trame des événement se retrouve piégé dans la vacuité de l’enquête. Trois romans d’Alain Robbe-Grillet sont analysés à travers la question de la forme que peut prendre l’évidemment de l’enquête et l’esthétique qui en découle, mais aussi en quoi la perte des normes rationnelles conduit le lecteur à repenser le monde.

La communication d’Anaïs Oléron s’appuie sur trois romans d’Alain Robbe-Grillet qui jouent avec les normes établies : Les Gommes (1953), Le Voyeur (1955) et La Reprise (2001). Les Gommes est le premier roman de l’auteur. Dans cette réécriture du mythe d’Œdipe, l’enquêteur est persuadé qu’un crime a eu lieu. L’évidemment de l’enquête devient le motif et le procédé de l’écriture. Dès le début, on apprend que le crime n’a pas été commis, enlevant ainsi une partie du plaisir au lecteur qui en sait plus que le détective. À l’instar du mythe d’Œdipe, le meurtre surgit à la fin. Le Voyeur (1955) est l’histoire d’un voyageur de commerce qui passe deux jours sur une île. Alain Robbe-Grillet use d’une focalisation interne stricte, limitée au personnage de Matthias. Le lecteur croit comprendre que ce dernier a commis un viol et un crime sur une jeune fille. L’accent est surtout mis sur les fantasmes et les obsessions de Matthias qui n’est jamais inquiété. Bien que le roman fasse allusion aux codes du roman policier, l’enquête n’a pas lieu et laisse le lecteur frustré. Dans La Reprise (2001), une lutte s’installe entre deux jumeaux qui enquêtent. Ces deux narrateurs se battent pour avoir la main mise sur le récit. La fin du roman est décevante pour le lecteur qui ne sait pas lequel à la prévalence sur l’autre. Mais l’inefficience de l’enquête rapproche l’enquêteur du lecteur qui cherche des traces et cherche à leur donner du sens.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement

Aux confins de l’enquête – Séance 1 – Echec de l’enquête

Séance 1 – 11 février 2016 : Echec de l’enquête

Séance coordonnée par Barbara Servant (Littérature comparée, Rennes 2) et Gaëlle Debeaux (Littéraire comparée, Rennes 2).

Représenter l’échec de l’enquête est-il à comprendre comme le refus ou l’impossibilité d’une reconstitution rationnelle du réel ? Peut-il paradoxalement acquérir une dimension positive ? L’art peut-il alors se présenter comme le lieu d’élaboration d’un discours du soupçon, voire d’une mise à l’épreuve de notre compréhension du monde ?

Alice Jacquelin (Littérature comparée, Université de Poitiers) : L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain.

Brice Evain (Histoire, Université Rennes 2) : Économie de l’inachèvement dans le roman policier d’énigme.


Alice Jacquelin, « L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain »

Agrégée de Lettres Modernes et ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Alice Jacquelin prépare actuellement une thèse de littérature comparée à l’université de Poitiers, sous la direction de Denis Mellier, portant sur le polar contemporain dans une perspective intermédiale et interculturelle.

        La communication d’Alice Jacquelin porte sur trois œuvres différentes : un roman de Fred Vargas, L’Armée furieuse, une série constituée de six épisodes et réalisée par Jane Campion, Top of the lake, et un film de Debra Granik, Winter’s bone. Ces trois œuvres ont en commun d’appartenir au « country noir ».

        Le syntagme « country noir » est une expression américaine que la langue française traduit de plusieurs manières, recoupant plusieurs réalités : « polar rural », « polar campagnard », « polar champêtre ». Pierric Guittaut souligne le problème terminologique rencontré en France, aucune des formulations précédentes ne semblant vraiment convenir. Pour définir le « country noir », il le relie au terme « backwoods », et surtout, l’oppose au hard boiled citadin, qui s’articule autour des figures du détective privé et de la femme fatale. Si le country noir a bien pour objet une enquête, son cadre se situe, contrairement au hard boiled, loin de la ville, à la campagne. Le genre connaît un succès récent, mais P. Guittaut souligne néanmoins que le country noir ne succède pas au hard boiled : il lui est concomitant. Il ne s’agit donc pas d’un genre nouveau. Pour nous éclairer sur ce point Alice Jacquelin commence donc par une rapide généalogie de ce genre. Né dans les années 30 avec les œuvres de Faulkner, il est représenté également dans les années 50 à travers par exemple les textes de Flannery O Connor ; puis dans les années 90, on le retrouve dans ceux de Mc Carthy. Enfin, le terme apparaît dans le titre même du roman de Daniel Woodrell : Give us a kiss : a country noir.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – Séance 1 – Echec de l’enquête