Programme Séminaire 2015 – Explorer les différents espaces de l’enquête : cheminements et reconstitutions

Présentation

Pour son premier cycle de séminaires (2012-2014), le laboratoire ALEF s’est intéressé aux relations entre archives et création ainsi qu’à leurs conséquences sur la pratique du chercheur. L’archive, finalement envisagée comme trace et comme manque, conduit désormais à interroger la notion d’enquête, une modalité particulière de recherche visant à interpréter les signes et à les comprendre.
L’enquête, comme modèle artistique et littéraire (le roman policier, ses reprises au cinéma, le théâtre documentaire, etc.) mais aussi comme modalité de recherche (enquête sociologique, paradigme indiciaire, microhistoria, etc.), se développe à la fin du XIXe siècle parallèlement à l’émergence de l’état-nation comme garant d’une réalité structurée et rationnelle (Boltansky). L’enquête suppose alors que le désordre apparent de la réalité soit expliqué rationnellement par la découverte d’indices successifs, afin que soit rétabli l’ordre inhérent à la société moderne. La découverte des indices d’après lesquels un ensemble causal d’événements peut être reconstitué est toutefois fondamentalement subordonnée au choix des hypothèses de départ.
L’existence d’une réalité ordonnée et causale est cependant discréditée au XXe siècle, suite notamment aux crises de la représentation touchant les différentes instances de la société (pratiques artistiques et scientifiques, posture des lecteurs-spectateurs). Si l’enquête reconstitue alors un monde ordonné, elle révèle le caractère illusoire de cette entreprise en témoignant d’une mise en échec du langage et de la reconstitution, d’une fragmentation du réel, etc. (modernité/postmodernité). Prise comme modalité de cheminement et de reconstitution d’un réel ou d’une réalité, l’enquête – et son échec constitutif – demeure encore un moyen privilégié de représentation du monde dans les arts et les sciences.
L’objet de ce séminaire sera alors d’explorer les différents champs de recherche liés à l’enquête envisagée selon les espaces suivants : l’enquête de l’artiste créateur (processus de création), l’enquête au sein de l’espace diégétique (l’oeuvre), l’enquête comme réception, et l’enquête comme posture élémentaire du chercheur (méthodologie, épistémologie).

Programme

Séance 1 – 12 février 2015 : Définitions et champs lexicaux

Séance coordonnée par Dimitri Kerdiles et Hélène Heyraud
Toute recherche est-elle une enquête ? Comment s’est construit le champ lexical de l’enquête et à quoi renvoie-t-il ? Existe-t-il un schème commun dans le processus d’enquête en dépit des sujets divers auxquels elle s’applique ?
Alexandre Dupont (Arts plastiques – Rennes 2) : Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique
Hervé Lacombe (Musicologie – Rennes 2) : Éléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie

Séance 2 – 12 mars 2015 : Enquête, causalité et hasard

Séance coordonnée par Quentin Montagne et Fabien Le Tinnier
En quoi l’enquête, s’apparentant à une énigme à résoudre et à une quête des indices, est-elle un raisonnement conjectural ? En quoi l’enquêteur, à la manière du chasseur, est-il guidé par la vérité qu’il cherche à mettre au jour et qu’il suit à la trace ?
Vincent Escalle (Arts plastiques – Rennes 2) : Le regard du guetteur
Mathilde Dumontet (Études théâtrales – Rennes 2) : Enquêter le discours, faire parler l’indice au prise avec sa médiatisation : causalité, hasard et détournement

Séance 3 – 30 avril 2015 : L’artiste enquêteur

Séance coordonnée par Vincent Escalle et Charleyne Boyer
À quels processus de création l’artiste enquêteur se confronte-t-il ? À quel moment de la création intervient l’enquête menée par l’artiste ?
Laurence Corbel (Arts plastiques – Rennes 2) : L’enquête comme geste artistique
Sophie Lorgeré (Études cinématographiques – Rennes 2) : Dialogue entre les narrative structures de Mark Lombardi et The Wire de D. Simon et Ed Burns : l’investigation comme moteur des propositions esthétiques

Séance 4 – 21 mai 2015 : Exposer l’enquête

Séance coordonnée par Alexandre Dupont et Charleyne Boyer
Comment le processus d’enquête peut-il être exposé ? Témoigner d’une enquête est-ce la reconstituer ? Quels dispositifs sont employés pour présenter une enquête ?
Magali Alphand (Études théâtrales – Paris 3) : L’enquête en scène : le cas du teatro narrazione Guillaume Linard Osorio (Plasticien) : Le comble du paratonnerre
Hélène Heyraud (Histoire de l’art – Rennes 2) : La maison d’artiste comme preuve du processus créatif – Le cas de Gustave Moreau et son hôtel particulier

Séance 5 – 11 juin 2015 : Fiction de l’enquête

Séance coordonnée par Gaëlle Debeaux et Mathilde Dumontet
Quelle est la place de l’enquête en tant que motif, thème ou structure dans la fiction ? Comment la fiction représente-t-elle l’enquête et comment s’empare-t-elle de ses méthodologies ?
Alice Forge (Arts plastiques – Paris 1) : Le Crabe : exemple d’une fiction d’enquête intermédiale construite par indices fragmentaires
Élise Wiener (Littérature – EHESS) : L’enquête au fil de l’archive dans les romans de Patrick Modiano

Séance 6 – 8 octobre 2015 : Investir l’oeuvre – le récepteur comme enquêteur

Séance coordonnée par Barbara Servant et Sophie Lorgeré
Peut-on considérer que les oeuvres ouvertes et/ou ludiques, appelant une activité de reconstruction, un parcours de la part du récepteur, postulent un spectateur-lecteur enquêteur ? En quoi l’enquête du spectateur-lecteur le conduit-elle à recréer l’œuvre ?
Gaëlle Debeaux (Littérature – Rennes 2) : Parcourir l’œuvre, est-ce l’enquêter ? Le cas de la lecture de l’hypertexte de fiction
Estelle Mouton-Rovira (Littérature – Paris 7) : Textes ludiques, textes trompeurs : stratégies de lecture du lecteur-enquêteur
Fabien Le Tinnier (Études cinématographiques – Rennes 2/Lausanne) : Cinq dernières minutes pour une résolution ou le téléspectateur comme enquêteur à la télévision française (1958-1973)

Séance 7 – 12 novembre 2015 : Enquêter l’enquête

Séance coordonnée par Mathilde Dumontet et Jérôme Allain
Quelle méthodologie utilise le chercheur qui travaille sur des objets d’étude investissant les modalités de l’enquête ? Que va-t-il regarder et selon quelles hypothèses ? Comment appréhender le déplacement du regard sur différentes échelles de lecture et quels en sont les enjeux heuristiques ?
Gaspard Salatko (Anthropologie – Marseille) : Heuristique de la notion d’enquête appliquée à la conservation et à la restauration des artéfacts artistiques et patrimoniaux
Joël Kérouanton (Études théâtrales – Rennes 2) : L’enquête expérientielle comme méthodologie de recherche

Ce cycle de séminaire est organisé par le laboratoire interdisciplinaire ALEF (Arts, Littératures, Échanges, Frontières) né en 2011 de la rencontre des doctorants du CELLAM (Centre d’Etudes des Langues et Littératures Anciennes et Modernes) et d’APP (Arts : Pratiques et Poétiques) et ouvert à ceux des autres composantes de l’École doctorale ALL (Arts Lettres Langues) telle que HCA (Histoire et Critiques des Arts) notamment.
L’objectif de ce laboratoire est de mener une recherche interdisciplinaire, exigeant la confrontation de méthodologies et de bases bibliographiques différentes. À partir d’une notion transdisciplinaire commune, il s’agit d’observer des glissements méthodologiques et théoriques entre les différentes disciplines qui composent ALEF pour dépasser les divergences disciplinaires afin d’envisager la notion dans une perspective transversale.
Comité scientifique du séminaire : Jérôme Allain, Anouk Bellanger, Charleyne Boyer, Romain Courapied, Gaëlle Debeaux, Mathilde Dumontet, Alexandre Dupont, Vincent Escalle, Hélène Heyraud, Dimitri Kerdiles, Fabien Le Tinnier, Séverine Leroy, Quentin Montagne, Barbara Servant
Responsable du séminaire : Mathilde Dumontet

plaquette enquête

affiche enquête



Citer ce billet
Simon DANIELLOU (2015, 15 avril). Programme Séminaire 2015 – Explorer les différents espaces de l’enquête : cheminements et reconstitutions. Groupe de recherche ALEF. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qolz