De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 1 – L’archive : définitions philosophiques et historiques – 2

Cette première séance coordonnée par Jeanne Le Gallic avait pour  vocation d’introduire la notion d’archive en interrogeant ses définitions historiques et philosophiques. Elle s’articulait autour de deux interventions : « Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui » par Patrick Marcilloux et « De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique » par Alexandre Serres.

“De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique” par Alexandre Serres

Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Rennes 2 depuis 2002 et co-responsable de l’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) Bretagne-Pays de la Loire, depuis 2002. Membre de l’équipe de recherche PREFICS (Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones – Information, Communication, Sociolinguistique), ses principaux domaines de recherche s’articulent en deux axes. Le premier concerne « la culture informationnelle », la formation des usagers, la didactique de l’information, la notion de translittératie et les différentes cultures de l’information. Il participe également dans ce cadre à plusieurs équipes de recherche nationales. Il est enfin fondateur et animateur d’un petit groupe de recherche interrégional : le GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’Information). Le deuxième axe est tourné vers « l’évaluation de l’information sur Internet » : enjeux, notions, compétences, pratiques informationnelles, formation.

Résumé :

Pour mieux comprendre la nature et les enjeux des traces et des archives numériques, un détour théorique peut s’avérer utile. Terme polysémique, la trace, avant de devenir numérique, était une notion difficile et elle a donné lieu à plusieurs problématiques théoriques, très riches et fécondes, portées par des esprits aussi grands que Paul Ricoeur, Carlo Ginzburg, Marc Bloch, Paul Veyne, Jacques Derrida ou Bruno Latour.
Après un bref rappel de ces approches de la trace, recensées dans un texte de 2002, l’accent sera mis sur deux problématiques : celle de la trace-indice et du paradigme indiciaire de Carlo Ginzburg, et celle de la trace-mémoire, notamment avec la problématique de l’archive chez Paul Ricoeur. Il s’agira ensuite de tenter de cerner les caractéristiques et les spécificités des traces numériques, leurs principales propriétés, afin de mieux voir ce qui les distingue des traces « analogiques », à la fois en tant que traces-indices et que traces-mémoire. Nous tâcherons enfin de réfléchir à l’articulation entre traces et archives, sous les conditions du numérique.

Publication en cours

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 1 – L’archive : définitions philosophiques et historiques – 1

Cette première séance coordonnée par Jeanne Le Gallic avait pour  vocation d’introduire la notion d’archive en interrogeant ses définitions historiques et philosophiques. Elle s’articulait autour de deux interventions : « Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui » par Patrick Marcilloux et « De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique » par Alexandre Serres.

“Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui” par Patrice Marcilloux

Archiviste-paléographe (École nationale des Chartes) et conservateur du patrimoine (École nationale du patrimoine), Patrice Marcilloux a dirigé les Archives départementales de l’Aisne, du Pas-de-Calais et du Loiret, avant d’être nommé maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers en 2005. Il y assume la responsabilité pédagogique de la licence professionnelle « Traitement et gestion des archives et des bibliothèques » et participe à l’animation de l’ensemble de la filière archives de cette université. Il est également vice-doyen de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Angers, en charge de la pédagogie et de la vie étudiante.
Ses recherches ont initialement porté sur la reconstruction après la première guerre mondiale et sur l’histoire de la musique comme fait social. Ses travaux portent aujourd’hui à la fois sur les formes nouvelles de la demande sociale d’archives et sur l’histoire des archives à l’époque contemporaine. Il anime l’axe ALMA (Archives, Livres, Manuscrits et Autres supports) du CERHIO-UMR 6258 (Centre de recherches historiques de l’Ouest, site d’Angers). Il est membre du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), secrétaire de la section d’histoire contemporaine et du temps présent.

Résumé :

Le point de départ de notre propos réside dans la constatation d’un paradoxe apparent : jamais peut-être le mot « archives » n’a connu ne telle diffusion terminologique dans la société et, en même temps, jamais la crise institutionnelle des archives n’a été aussi forte, ou du moins aussi nettement ressentie par les professionnels. L’étude de ce décalage est riche d’enseignements. D’une part cette vigueur lexicométrique s’accompagne d’un élargissement de l’aire sémantique autour du mot « archives » doublée d’une hétérogénéisation polysémique. D’autre part, surtout, le phénomène laisse entrevoir l’existence de demandes sociales mal identifiées et donc insuffisamment satisfaites, ou trouvant des formes de réponses nouvelles et ailleurs que dans les lieux institutionnels classiques. L’ensemble est assez typique de ce qu’on serait tenté d’appeler un « moment archives » qui se traduit bien dans l’intérêt renouvelé des sciences humaines et sociales.

Publication en cours

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 5 – Détournement, Falsification, Réemploi – 2

“Construire l’événement, manipuler les traces : l’élaboration du 11 septembre dans The Zero de Jess Walter” par Chloé Tazartez

Chloé Tazartez est doctorante en Littérature générale et comparée à l’université Rennes 2, spécialiste de littératures américaine et arabe contemporaines et de la représentation du terrorisme dans ces littératures.

Résumé :                                                                                                                                     Les attentats du 11 septembre 2001 représentent un « événement-monstre » pour reprendre la terminologie de François Dosse, un événement qui dans sa réalisation cherche à construire également son histoire. Cette torsion de l’événement parasite le processus mémoriel censé aboutir à l’élaboration d’archives. À travers une lecture du roman de Jess Walter, The Zero, je propose d’examiner la mise en scène et la manipulation des traces de l’événement dans la construction d’archives collectives d’un côté, individuelles de l’autre. Ce roman me permet d’interroger la possibilité d’archives « immédiates » que produiraient des événements de type terroriste, mais aussi le statut de la fiction face à ces archives potentielles : sommes-nous face à des fictions d’archive ou bien à une forme d’archives fictionnelles ?

Compte-rendu :
Les archives du 11 septembre montrent l’importance de l’événement : le monde entier a diffusé les images de l’effondrement des tours jumelles et il existe des docufictions à outrance diffusés à chaque date anniversaire. Les cérémonies de commémoration des 10 ans ont été l’occasion de produire encore plus de documents. Peut-on considérer ces documents comme des archives ? Est-il possible de parler d’archivage pour cet événement ? La notion d’archive implique une dimension collective, institutionnelle et se caractérise par sa fixité : il s’agit de conserver une mémoire en se basant sur les traces de l’événement. Les archives tentent de mettre un point final à un événement mais permettent aussi la possibilité d’aller au-delà de ce même événement. Face aux événements du 11 septembre (événement « monstre »), l’archivage conserve-t-il une valeur de lieu de mémoire ? Quel rôle peut-on attribuer à la fiction dans ce processus ? Les romans américains sur le 11 septembre sont nombreux et témoignent de l’intensité de l’événement. The Zero, de Jess Walter, arrive assez rapidement après l’événement. Le protagoniste, Brian Remy, est à la retraite mais on apprend qu’il est chargé d’une mission secrète (par le département de la documentation). Il est chargé de recruter des « terroristes » qui seront finalement arrêtés par le gouvernement (dans le but de récupérer la confiance du peuple américain). Un élément perturbe Remy dans son enquête et dans sa vie : ses trous de mémoire, qui rythment la narration.
La combinaison des termes « événement » et « monstre » crée une catégorie particulière d’événements marquée par l’importance des médias ainsi que par notre régime d’historicité présentiste. Un événement n’existe que s’il est perçu comme tel. Il apparait toujours comme une césure ou une rupture. Il transforme l’homme et son rapport au monde. Selon François Dosse, l’événement comporte deux aspects : la réalisation (le moment où il se produit) et sa mise en intrigue. Il est toujours passé et laisse des traces (objet ou personne). L’événement « monstre » ou « monde » (Dosse) est une sous-catégorie de l’événement qui possède ses propres critères, liés au nombre d’images produites. L’événement « monstre » tend à mêler les deux phases de l’événement : l’émergence et sa mise en récit. L’événement effectue sa propre mise en récit sans aucune distance temporelle : « Le 11 septembre pousse à la limite la logique de l’événement contemporain, qui se donnant à voir en train de se faire, s’historicise aussitôt et est déjà en lui-même sa propre commémoration sous l’œil des caméras. En ce sens, il est absolument présentiste ». (Hartog)
L’attentat terroriste possède toutes les caractéristiques de l’événement poussé l’extrême. Mettre en fiction l’attentat permettrait de mettre à distance l’événement. Il est insaisissable mais laisse des traces, ce qui permet une construction du récit. La fiction donne corps aux traces. Elle pourrait alors être considérée comme une trace de l’événement, un outil pour l’archive. Elle est mise en mot de l’événement mais aussi questionnement. Au sein d’une série d’articles, Louise Lachapelle définit un processus qu’elle nomme « muséologie de la guerre » : le déblayage du site de Ground zero devait être rapide pour sauver les éventuels survivants, pour effacer symboliquement l’événement mais aussi pour reconstruire au plus vite. Elle explique que les restes du World Trade Center ont été traités comme des déchets (domestication des restes). Les restes triés pouvaient alors servir d’archives (muséification). Les traces de l’événement sont un enjeu majeur, à la fois politique et collectif. L’instrumentalisation des traces est au cœur de The Zero. Brian Remy travaille pour une agence mystérieuse et le roman n’aborde que très ponctuellement la collecte et l’archivage. Le roman s’ouvre sur une pluie de papier. Il y a une réelle importance accordée au papier comme forme d’archivage du langage. Cet aspect de l’événement (collecte des morceaux de papiers brûlés) construit l’intrigue. Cette pluie de papier est un élément majeur de beaucoup de roman sur le 11 septembre. Cette obsession de la collecte, du contrôle du papier est une façon de contrôler les hommes. Le papier et les gens sont des traces de l’événement sur lesquels il faut avoir le dessus si on ne veut pas que la société implose.
La pression sur les individus est représentée par deux aspects de la personnalité de Remy : ses trous de mémoire et l’incompréhension dont il est victime. Les trous de mémoire ponctuent la narration, notamment par des passages amputés dans le roman. Il est privé de sa mémoire, marqué par le trauma mais aussi métaphoriquement spolier par les institutions qui le dirigent et pour lesquelles il travaille. Il ne parvient jamais à expliquer son état à son entourage. Edgar, le fils de Remy, prétend que son père est mort dans les attentats. Rémy se retrouve effacé du monde (apogée de l’effacement de l’individu). Le roman de Jess Walter travaille la dialectique entre l’individuel et le collectif, en redonnant de l’importance à l’expérience individuelle. Edgar explique qu’il est impossible de faire un vrai deuil collectif et que seul le deuil individuel existe, représente la vraie expérience de la perte : il faut un retour à l’individuel selon lui. C’est le seul moyen de se rapprocher de l’événement.
La fiction vient permettre le dépassement de l’événement. Bien que l’attentat du 11 septembre ne soit jamais vraiment raconté dans le roman (toute l’intrigue se situe après les attentats), la fiction se fait à la fois récit de l’événement et trace de l’événement. La non-narration de l’événement montre bien la nécessité pour la fiction de le raconter de biais. Quel rapport à l’archivage la fiction propose-t-elle ? Par la représentation de la collecte, du tri, la fiction prend de la distance par rapport au processus d’archivage réel. La fiction se propose comme trace de l’événement et comme récit de l’événement, récit uniquement considéré comme une étape dans le processus de saisissement de l’événement. Elle rappelle la nécessité de prendre de la distance avec l’événement et de repenser une nouvelle forme d’archive, source de questionnements.

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 5 – Détournement, Falsification, Réemploi – 1

Initials MM (Marilyn chez les autres)” par Eric Thouvenel

Éric Thouvenel est maître de conférences en Études cinématographiques à l’université Rennes 2, spécialiste des pratiques de réemploi dans le cinéma expérimental et les arts visuels contemporains.

Résumé :

Vue, revue, reprise, caricaturée, rêvée, réinventée… Les comparutions post mortem de l’actrice Norma Jean Mortenson (1926-1962), mieux connue sous le nom de Marilyn Monroe, dépassent de loin le nombre des rôles qu’elle a effectivement interprétés au long de sa fulgurante carrière. Cette communication se propose de traiter des réappropriations de Marilyn Monroe à titre de motif iconographique, de la fin des années 1950 à nos jours et chez des cinéastes aussi différents que Pier Paolo Pasolini, Robert Zemeckis, Bruce Conner ou Paolo Gioli. Qu’il s’agisse pour eux de faire de l’actrice le support d’une critique des images dont elle aura été l’une des plus célèbres victimes, ou bien, à l’instar des Mémoires imaginaires de Marilyn de Norman Mailer, de redonner voix à celle qui entre toutes en fut privé, emprisonnée qu’elle était dans sa propre iconicité, c’est bien toujours d’un enfer de la représentation que traitent ces films, et dont on aimerait ici parcourir les cercles.

Publication en cours

Programme Séminaire 2015 – Explorer les différents espaces de l’enquête : cheminements et reconstitutions

Présentation

Pour son premier cycle de séminaires (2012-2014), le laboratoire ALEF s’est intéressé aux relations entre archives et création ainsi qu’à leurs conséquences sur la pratique du chercheur. L’archive, finalement envisagée comme trace et comme manque, conduit désormais à interroger la notion d’enquête, une modalité particulière de recherche visant à interpréter les signes et à les comprendre.
L’enquête, comme modèle artistique et littéraire (le roman policier, ses reprises au cinéma, le théâtre documentaire, etc.) mais aussi comme modalité de recherche (enquête sociologique, paradigme indiciaire, microhistoria, etc.), se développe à la fin du XIXe siècle parallèlement à l’émergence de l’état-nation comme garant d’une réalité structurée et rationnelle (Boltansky). L’enquête suppose alors que le désordre apparent de la réalité soit expliqué rationnellement par la découverte d’indices successifs, afin que soit rétabli l’ordre inhérent à la société moderne. La découverte des indices d’après lesquels un ensemble causal d’événements peut être reconstitué est toutefois fondamentalement subordonnée au choix des hypothèses de départ.
L’existence d’une réalité ordonnée et causale est cependant discréditée au XXe siècle, suite notamment aux crises de la représentation touchant les différentes instances de la société (pratiques artistiques et scientifiques, posture des lecteurs-spectateurs). Si l’enquête reconstitue alors un monde ordonné, elle révèle le caractère illusoire de cette entreprise en témoignant d’une mise en échec du langage et de la reconstitution, d’une fragmentation du réel, etc. (modernité/postmodernité). Prise comme modalité de cheminement et de reconstitution d’un réel ou d’une réalité, l’enquête – et son échec constitutif – demeure encore un moyen privilégié de représentation du monde dans les arts et les sciences.
L’objet de ce séminaire sera alors d’explorer les différents champs de recherche liés à l’enquête envisagée selon les espaces suivants : l’enquête de l’artiste créateur (processus de création), l’enquête au sein de l’espace diégétique (l’oeuvre), l’enquête comme réception, et l’enquête comme posture élémentaire du chercheur (méthodologie, épistémologie).

Programme

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2015 – Explorer les différents espaces de l’enquête : cheminements et reconstitutions

Arts, littératures, échanges, frontières

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search