Aux confins de l’enquête – séance 3 – L’enquête comme expérience sensible

Cycle 2 – 25 avril 2016 : L’enquête comme expérience sensible

Séance coordonnée par Kévin Gohon (musicologie, Rennes 2) et Mathilde Dumontet (Études théâtrales, Rennes 2)

En quoi l’enquête implique-t-elle une forme de corporalité ? Le corps enquêté ou enquêteur peut-il faire œuvre d’art ? Peut-on enquêter la mémoire du corps ? L’enquête peut-elle être envisagée comme moyen d’accès au monde sensible, et de quelle façon ? Toute enquête est-elle forcément narrative ?

Martin Givors (Arts du spectacle – Grenoble Alpes) : Approcher le sensible par le sensible, enquête ethnographique et performative comme corps à corps.

Lou Cantor (Danseuse) : Enquête et (ré)écriture chorégraphiques comme interrogations sur le corps du danseur. 


Martin Givors, “Approcher le sensible par le sensible, enquête ethnographique et performative comme corps à corps”

Martin Givors est doctorant contractuel au sein du laboratoire Litt&Arts (EA 7355) de l’Université Grenoble Alpes et travaille sous la direction de Gretchen Schiller depuis 2014. Ses recherches portent sur le rôle de l’affect (Massumi) dans la mutation des corporéités de danseurs aux parcours interartistiques. Il effectue un travail de terrain principalement auprès des compagnies Eastman (Fractus V, 2015) et Yoann Bourgeois (Celui qui tombe, 2014). Pour ce faire, il mobilise un corpus théorique s’articulant autour de la littérature des pratiques somatiques, des arts de la scène, de l’anthropologie et des sciences cognitives.

        Pour cette intervention, Martin Givors tente de définir une méthodologie pour questionner la perception et l’utilisation de l’énergie par les interprètes en danse. Ses recherches se focalisent sur le corps en tant qu’entité vécue (Lebenswelt) différent du corps anatomique des sciences médicales. Il commence par revenir sur la définition problématique du corps, en refusant le dualisme classique entre corps et esprit, mais sans pour autant les considérer en une seule entité. Corps et esprit seraient interdépendants sans être réduits l’un à l’autre, dans une relation en chiasme. Il définit ensuite l’énergie comme le mélange d’une entrée en relation de l’interprète avec un élément de l’environnement (qui peut être une partie de son propre corps). Ce mélange génère alors une  affection au sens de Spinoza – c’est-à-dire un changement d’état– avec un potentiel d’action et un potentiel de réponse, comme impulsion, qui vont générer une densité de la réaction. Dans le cadre de ses recherches, il souhaite interroger les danseurs sur le spectre énergétique autant dans les situations de répétitions que dans celles de créations ou de représentations, pour en analyser les différentes variations. Le corps du danseur devient alors le lieu de l’enquête et le terrain privilégié pour récolter des informations. Martin Givors articule son intervention en trois points : questionner le sensible à partir de l’anthropologie du sensible définie par François Laplantine, présenter des techniques d’enquête de la strate énergétique et interroger la place du corps de l’enquêteur dans cette enquête.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – séance 3 – L’enquête comme expérience sensible

Congrès EAM « Quest & Investigation » – Programme provisoire

Le prochain congrès du réseau EAM (European Network for Avant-garde and Modernism Studies) s’ouvrira très bientôt à Rennes : il se déroule en effet du 1er au 3 juin. Centrée autour des questions de la quête et de l’enquête, dans la continuité du programme du séminaire ALEF depuis 2015, cette édition accueillera environ deux cents communicants dans une perspective pluridisciplinaire qui elle aussi fait écho aux objectifs du groupe de recherche ALEF.

Vous pouvez retrouver le programme provisoire ici.

Aux confins de l’enquête – Séance 1 – Echec de l’enquête

Séance 1 – 11 février 2016 : Echec de l’enquête

Séance coordonnée par Barbara Servant (Littérature comparée, Rennes 2) et Gaëlle Debeaux (Littéraire comparée, Rennes 2).

Représenter l’échec de l’enquête est-il à comprendre comme le refus ou l’impossibilité d’une reconstitution rationnelle du réel ? Peut-il paradoxalement acquérir une dimension positive ? L’art peut-il alors se présenter comme le lieu d’élaboration d’un discours du soupçon, voire d’une mise à l’épreuve de notre compréhension du monde ?

Alice Jacquelin (Littérature comparée, Université de Poitiers) : L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain.

Brice Evain (Histoire, Université Rennes 2) : Économie de l’inachèvement dans le roman policier d’énigme.


Alice Jacquelin, « L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain »

Agrégée de Lettres Modernes et ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Alice Jacquelin prépare actuellement une thèse de littérature comparée à l’université de Poitiers, sous la direction de Denis Mellier, portant sur le polar contemporain dans une perspective intermédiale et interculturelle.

        La communication d’Alice Jacquelin porte sur trois œuvres différentes : un roman de Fred Vargas, L’Armée furieuse, une série constituée de six épisodes et réalisée par Jane Campion, Top of the lake, et un film de Debra Granik, Winter’s bone. Ces trois œuvres ont en commun d’appartenir au « country noir ».

        Le syntagme « country noir » est une expression américaine que la langue française traduit de plusieurs manières, recoupant plusieurs réalités : « polar rural », « polar campagnard », « polar champêtre ». Pierric Guittaut souligne le problème terminologique rencontré en France, aucune des formulations précédentes ne semblant vraiment convenir. Pour définir le « country noir », il le relie au terme « backwoods », et surtout, l’oppose au hard boiled citadin, qui s’articule autour des figures du détective privé et de la femme fatale. Si le country noir a bien pour objet une enquête, son cadre se situe, contrairement au hard boiled, loin de la ville, à la campagne. Le genre connaît un succès récent, mais P. Guittaut souligne néanmoins que le country noir ne succède pas au hard boiled : il lui est concomitant. Il ne s’agit donc pas d’un genre nouveau. Pour nous éclairer sur ce point Alice Jacquelin commence donc par une rapide généalogie de ce genre. Né dans les années 30 avec les œuvres de Faulkner, il est représenté également dans les années 50 à travers par exemple les textes de Flannery O Connor ; puis dans les années 90, on le retrouve dans ceux de Mc Carthy. Enfin, le terme apparaît dans le titre même du roman de Daniel Woodrell : Give us a kiss : a country noir.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – Séance 1 – Echec de l’enquête

Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement

Séance 2 – 18 mars 2016 : Enquête et évidement

Séance coordonnée par Alexandre Dupont (Esthétique, Rennes 2) et Lola Lorant (Histoire de l’art, Rennes 2)

En quoi les enquêtes artistiques peuvent-elles conduire à la mise en évidence d’apories ? Peut-on penser des enquêtes sans objet ? Vidée de son sens, garde-t-elle une forme ? Peut-on penser une enquête qui refuserait toute finalité pour se nourrir de sa propre dynamique ?

Anaïs Oléron (Littérature française – Université de Reims) : Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet).

Louise Couturier (Études cinématographiques – Paris X-Nanterre) : Louise-Michel ou le retournement de l’Affaire JFK.

Quentin Montagne (Arts plastiques – Rennes 2) : La sirène au cœur de l’enquête : cryptozoologie, docu-fiction et théorie du complot.


Anaïs Oléron,  “Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet).”

Agrégée de lettres modernes, Anaïs Oléran prépare une thèse à l’université de Reims, sous la direction de Frank Wagner. Ses recherches portent sur la non fiabilité narrative dans la littérature française contemporaine.

          Dans son introduction, Anaïs Oléron présente l’enquête comme une démarche heuristique et aléthique, qui induit une recherche de vérité sous-jacente après un bouleversement. Mais ce modèle de l’enquête est reconfiguré dans les romans d’Alain Robbe-Grillet. L’auteur, associé à la mouvance du Nouveau Roman, vide le modèle standard de l’enquête policière de son efficacité attendue. Le lecteur qui déploie des efforts pour rassembler les indices et la trame des événement se retrouve piégé dans la vacuité de l’enquête. Trois romans d’Alain Robbe-Grillet sont analysés à travers la question de la forme que peut prendre l’évidemment de l’enquête et l’esthétique qui en découle, mais aussi en quoi la perte des normes rationnelles conduit le lecteur à repenser le monde.

La communication d’Anaïs Oléron s’appuie sur trois romans d’Alain Robbe-Grillet qui jouent avec les normes établies : Les Gommes (1953), Le Voyeur (1955) et La Reprise (2001). Les Gommes est le premier roman de l’auteur. Dans cette réécriture du mythe d’Œdipe, l’enquêteur est persuadé qu’un crime a eu lieu. L’évidemment de l’enquête devient le motif et le procédé de l’écriture. Dès le début, on apprend que le crime n’a pas été commis, enlevant ainsi une partie du plaisir au lecteur qui en sait plus que le détective. À l’instar du mythe d’Œdipe, le meurtre surgit à la fin. Le Voyeur (1955) est l’histoire d’un voyageur de commerce qui passe deux jours sur une île. Alain Robbe-Grillet use d’une focalisation interne stricte, limitée au personnage de Matthias. Le lecteur croit comprendre que ce dernier a commis un viol et un crime sur une jeune fille. L’accent est surtout mis sur les fantasmes et les obsessions de Matthias qui n’est jamais inquiété. Bien que le roman fasse allusion aux codes du roman policier, l’enquête n’a pas lieu et laisse le lecteur frustré. Dans La Reprise (2001), une lutte s’installe entre deux jumeaux qui enquêtent. Ces deux narrateurs se battent pour avoir la main mise sur le récit. La fin du roman est décevante pour le lecteur qui ne sait pas lequel à la prévalence sur l’autre. Mais l’inefficience de l’enquête rapproche l’enquêteur du lecteur qui cherche des traces et cherche à leur donner du sens.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement

Programme Séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

“Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité”

Février 2016 > Novembre 2016

Un jeudi par mois, 15h-17h

Espace recherche ALC, Rennes 2

Contact : labo.alef@gmail.com

Présentation

Le cycle précédent du séminaire ALEF sur l’enquête, alors même que l’enquête était abordée comme modèle qui fonctionne, a mis en avant le fait que, bien souvent, ce qui intéresse l’art dans ce processus est son impossibilité à atteindre une résolution, ou bien ce qu’il laisse derrière lui, voire ses dérives. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons, dans cette deuxième session, interroger plus spécifiquement ce que font les artistes, les créateurs, les auteurs de ce qui déborde l’enquête, comprendre ce que l’art fait de ces opérations échouées – voire questionner la possibilité de l’art de faire échouer les enquêtes.

En effet, à la suite des travaux de Boltanski (Énigmes et complots : Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, NRF essais, 2012), le présupposé de ce séminaire est de prendre l’enquête comme outil à même de rétablir une chaîne de causalité rationnelle qui permette de comprendre et de résorber les instabilités du monde. En somme, l’enquête appose un discours sur le réel, qui, comme le soutient Arlette Farge, « a beau sembler être là, visible et préhensible, […] ne dit en fait rien d’autre que lui-même » (Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 19). C’est une des raisons permettant de comprendre l’importance accordée par l’État, notamment à la fin du XIXe siècle, aux formes de l’enquête par lesquelles il se donne pour tâche de garantir une stabilité, gage de l’unité sociale.

Or les pratiques artistiques menant ou issues d’enquêtes s’insinuent souvent dans les failles des investigations officielles ou en adoptent la forme pour la détourner, notamment en la conduisant vers des apories. De ce fait, les arts semblent s’emparer de l’enquête à rebours, comme un moyen pour questionner les discours d’État ou modéliser des mondes concurrents (Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Nîmes, J. Chambon, 1992). L’enquête en art peut-elle être comprise comme un moyen de mettre à l’épreuve les représentations communes ? Que fait l’art de ce qui reste des enquêtes et de ce qui résiste à l’enquête ?

L’objet de ce nouveau cycle du séminaire ALEF est donc de proposer des réflexions à ces interrogations sur les limites de l’enquête, en se concentrant sur des séances thématiques : l’échec, l’évidement, le sensible, la violence, l’inquiétude, les déchets.

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

Arts, littératures, échanges, frontières

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search