Archives par mot-clé : évidement

Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement

Séance 2 – 18 mars 2016 : Enquête et évidement

Séance coordonnée par Alexandre Dupont (Esthétique, Rennes 2) et Lola Lorant (Histoire de l’art, Rennes 2)

En quoi les enquêtes artistiques peuvent-elles conduire à la mise en évidence d’apories ? Peut-on penser des enquêtes sans objet ? Vidée de son sens, garde-t-elle une forme ? Peut-on penser une enquête qui refuserait toute finalité pour se nourrir de sa propre dynamique ?

Anaïs Oléron (Littérature française – Université de Reims) : Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet).

Louise Couturier (Études cinématographiques – Paris X-Nanterre) : Louise-Michel ou le retournement de l’Affaire JFK.

Quentin Montagne (Arts plastiques – Rennes 2) : La sirène au cœur de l’enquête : cryptozoologie, docu-fiction et théorie du complot.


Anaïs Oléron,  « Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet). »

Agrégée de lettres modernes, Anaïs Oléran prépare une thèse à l’université de Reims, sous la direction de Frank Wagner. Ses recherches portent sur la non fiabilité narrative dans la littérature française contemporaine.

          Dans son introduction, Anaïs Oléron présente l’enquête comme une démarche heuristique et aléthique, qui induit une recherche de vérité sous-jacente après un bouleversement. Mais ce modèle de l’enquête est reconfiguré dans les romans d’Alain Robbe-Grillet. L’auteur, associé à la mouvance du Nouveau Roman, vide le modèle standard de l’enquête policière de son efficacité attendue. Le lecteur qui déploie des efforts pour rassembler les indices et la trame des événement se retrouve piégé dans la vacuité de l’enquête. Trois romans d’Alain Robbe-Grillet sont analysés à travers la question de la forme que peut prendre l’évidemment de l’enquête et l’esthétique qui en découle, mais aussi en quoi la perte des normes rationnelles conduit le lecteur à repenser le monde.

La communication d’Anaïs Oléron s’appuie sur trois romans d’Alain Robbe-Grillet qui jouent avec les normes établies : Les Gommes (1953), Le Voyeur (1955) et La Reprise (2001). Les Gommes est le premier roman de l’auteur. Dans cette réécriture du mythe d’Œdipe, l’enquêteur est persuadé qu’un crime a eu lieu. L’évidemment de l’enquête devient le motif et le procédé de l’écriture. Dès le début, on apprend que le crime n’a pas été commis, enlevant ainsi une partie du plaisir au lecteur qui en sait plus que le détective. À l’instar du mythe d’Œdipe, le meurtre surgit à la fin. Le Voyeur (1955) est l’histoire d’un voyageur de commerce qui passe deux jours sur une île. Alain Robbe-Grillet use d’une focalisation interne stricte, limitée au personnage de Matthias. Le lecteur croit comprendre que ce dernier a commis un viol et un crime sur une jeune fille. L’accent est surtout mis sur les fantasmes et les obsessions de Matthias qui n’est jamais inquiété. Bien que le roman fasse allusion aux codes du roman policier, l’enquête n’a pas lieu et laisse le lecteur frustré. Dans La Reprise (2001), une lutte s’installe entre deux jumeaux qui enquêtent. Ces deux narrateurs se battent pour avoir la main mise sur le récit. La fin du roman est décevante pour le lecteur qui ne sait pas lequel à la prévalence sur l’autre. Mais l’inefficience de l’enquête rapproche l’enquêteur du lecteur qui cherche des traces et cherche à leur donner du sens.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement