Archives par mot-clé : danse

Aux confins de l’enquête – séance 3 – L’enquête comme expérience sensible

Cycle 2 – 25 avril 2016 : L’enquête comme expérience sensible

Séance coordonnée par Kévin Gohon (musicologie, Rennes 2) et Mathilde Dumontet (Études théâtrales, Rennes 2)

En quoi l’enquête implique-t-elle une forme de corporalité ? Le corps enquêté ou enquêteur peut-il faire œuvre d’art ? Peut-on enquêter la mémoire du corps ? L’enquête peut-elle être envisagée comme moyen d’accès au monde sensible, et de quelle façon ? Toute enquête est-elle forcément narrative ?

Martin Givors (Arts du spectacle – Grenoble Alpes) : Approcher le sensible par le sensible, enquête ethnographique et performative comme corps à corps.

Lou Cantor (Danseuse) : Enquête et (ré)écriture chorégraphiques comme interrogations sur le corps du danseur. 


Martin Givors, « Approcher le sensible par le sensible, enquête ethnographique et performative comme corps à corps »

Martin Givors est doctorant contractuel au sein du laboratoire Litt&Arts (EA 7355) de l’Université Grenoble Alpes et travaille sous la direction de Gretchen Schiller depuis 2014. Ses recherches portent sur le rôle de l’affect (Massumi) dans la mutation des corporéités de danseurs aux parcours interartistiques. Il effectue un travail de terrain principalement auprès des compagnies Eastman (Fractus V, 2015) et Yoann Bourgeois (Celui qui tombe, 2014). Pour ce faire, il mobilise un corpus théorique s’articulant autour de la littérature des pratiques somatiques, des arts de la scène, de l’anthropologie et des sciences cognitives.

        Pour cette intervention, Martin Givors tente de définir une méthodologie pour questionner la perception et l’utilisation de l’énergie par les interprètes en danse. Ses recherches se focalisent sur le corps en tant qu’entité vécue (Lebenswelt) différent du corps anatomique des sciences médicales. Il commence par revenir sur la définition problématique du corps, en refusant le dualisme classique entre corps et esprit, mais sans pour autant les considérer en une seule entité. Corps et esprit seraient interdépendants sans être réduits l’un à l’autre, dans une relation en chiasme. Il définit ensuite l’énergie comme le mélange d’une entrée en relation de l’interprète avec un élément de l’environnement (qui peut être une partie de son propre corps). Ce mélange génère alors une  affection au sens de Spinoza – c’est-à-dire un changement d’état– avec un potentiel d’action et un potentiel de réponse, comme impulsion, qui vont générer une densité de la réaction. Dans le cadre de ses recherches, il souhaite interroger les danseurs sur le spectre énergétique autant dans les situations de répétitions que dans celles de créations ou de représentations, pour en analyser les différentes variations. Le corps du danseur devient alors le lieu de l’enquête et le terrain privilégié pour récolter des informations. Martin Givors articule son intervention en trois points : questionner le sensible à partir de l’anthropologie du sensible définie par François Laplantine, présenter des techniques d’enquête de la strate énergétique et interroger la place du corps de l’enquêteur dans cette enquête.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – séance 3 – L’enquête comme expérience sensible