Archives par mot-clé : collectif

Aux confins de l’enquête – séance 4 – Violence(s) de l’enquête

Cycle 2 – 19 février 2016 : Violence(s) de l’enquête

Séance coordonnée par Hélène Heyraud (Histoire de l’art, Rennes 2) et Gaëlle Debeaux (Littérature comparée, Rennes 2).

L’enquête est-elle nécessairement liée à la violence, et si oui, quelles sont les différentes formes de violence liées à l’enquête ? En quoi l’enquête, comme discours d’autorité ou discours autoritaire, suppose-t-elle une violence symbolique ou idéologique ? Comment questionner artistiquement l’autorité de l’enquête ?

Victoria Lagrange (Littérature comparée, Université de Poitiers) : Violence et enquête policière dans la réécriture des contes de Grimm.

Jil Daniel (Esthétique, Université Rennes 2) : 68 d’hier et 68 d’aujourd’hui, ou comment gérer la récupération politique d’une insurrection, cas spécifique de la pratique graphique.


Victoria Lagrange, « Violence et enquête policière dans la réécriture des contes de Grimm »

Victoria Lagrange est en première année de doctorat en Littérature comparée à l’Université de Poitiers sous la direction de M. Denis Mellier (laboratoire FoReLL). Elle travaille sur les réécritures contemporaines des contes de Grimm. Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, elle a réalisé deux mémoires en littérature comparée sous la direction de M. Henri Garric : « L’identification au personnage violent en littérature et au cinéma » et « Rire et horreur dans les adaptations cinématographiques d’Edgar Allan Poe ».

        Victoria Lagrange propose, à partir d’un corpus contemporain de reprises des contes de Grimm à la fois littéraire (Fables, Bill Willingham, Marc Buckingham, Saint-Laurent- du-Var, DC Comics, en cours), télévisé (Grimm, David Greenwalt et Jim Kouf, USA, NBC, en cours, et Once Upon a time, Edward Kitsis et Adam Horowitz, USA, ABC, en cours) et vidéoludique (The Wolf among us, Telltale Games, 2013), de penser la « reconfiguration narrative des contes » à partir du schéma de l’enquête. Elle rappelle en préambule le rôle fondateur de La Compagnie des loups d’Angela Carter, paru en 1979 : c’est à partir de cette œuvre pivot que les réécritures des contes de Grimm se détournent de la question de la moralité pour s’orienter vers  des éléments plus sombres comme une attirance pour les crimes et l’interdit et une érotisation de la violence. Ce corpus permet d’interroger la raison conduisant à l’investissement de l’enquête policière comme schéma de réécriture, faisant basculer d’une violence morale vers une violence criminelle. Plus encore, Victoria Lagrange se demande si l’enquête est une façon de transposer les contes dans le monde contemporain, en coïncidant avec une habitude de réception, ou s’il faut la voir comme le vecteur de création d’un monde hybride, moitié merveilleux, moitié policier.

Continuer la lecture de Aux confins de l’enquête – séance 4 – Violence(s) de l’enquête