Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 2 – Enquête, causalité et hasard

Séance 2 (12/03/2015) : Enquête, causalité et hasard

En quoi l’enquête, s’apparentant à une énigme à résoudre et à une quête des indices, est-elle un raisonnement conjectural ? En quoi l’enquêteur, à la manière du chasseur, est-il guidé par la vérité qu’il cherche à mettre au jour et qu’il suit à la trace ?

Alexandre Dupont (Arts plastiques ­– Rennes 2) : Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique

Vincent Escalle (Arts plastiques – Rennes 2) : Le regard du guetteur

Mathilde Dumontet (Études théâtrales – Rennes 2) : Enquêter le discours, faire parler l’indice au prise avec sa médiatisation : causalité, hasard et détournement

Alexandre Dupont : « Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique »

Alexandre Dupont est doctorant en esthétique sous la direction de Nicolas Thély, à l’université de Rennes 2. Son sujet de thèse s’intitule « Le Net Art : étude critique de la construction d’un genre artistique. Théories, réseaux, acteurs, œuvres, réception ».

Alexandre Dupont nous propose une exploration de la notion d’enquête chez John Dewey (1859-1952), psychologue et philosophe américain majeur du courant pragmatiste. La notion d’enquête est travaillée dès 1903 chez Dewey Studies in Logical Theory (‎1903), le philosophe lui donne une orientation pragmatique et questionne le schème de l’enquête ainsi que son rôle dans la pratique et l’expérience philosophique. Dewey fait du projet épistémologique un aspect primordial de la question pratique qui traverse sa pensée.

Le mouvement du pragmatisme américain

John Dewey est l’une des trois figures majeures du pragmatisme américain avec Charles S. Pierce (1839-1914) et William James (1842-1910). Il marque cependant un second moment de la philosophie du pragmatisme, d’une part parce qu’il est plus jeune que ces confrères, et d’autre part puisqu’il discute la notion de pratique vis à vis des textes de ces prédécesseurs.

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 2 – Enquête, causalité et hasard

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 1 – Définitions et champs lexicaux

Séance n°1 – 12/02/2015 : Définitions et champs lexicaux

Séance coordonnée par : Hélène Heyraud, Histoire de l’art – Rennes 2 HCA ; Dimitri Kerdiles, Musicologie – Rennes 2 APP

Toute recherche est-elle une enquête ? Comment s’est construit le champ lexical de l’enquête et à quoi renvoie-t-il ? Existe-t-il un schème commun dans le processus d’enquête en dépit des sujets divers auxquels elle s’applique ?

Hervé Lacombe (PR. Musicologie – Rennes 2 HCA) : « Eléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie »

Alexandre Dupont (Doctorant Arts plastiques – Rennes 2) : « Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique ».

Alexandre Dupont n’ayant malheureusement pu être présent le jour de la séance, son intervention a été reportée à la suivante. La 1ère séance a donc été intégralement dédiée à l’intervention d’Hervé Lacombe.

Hervé Lacombe : « Eléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie »

Hervé Lacombe est Professeur d’Université en musicologie à Rennes 2 depuis 2002. Ses recherches concernent essentiellement la musique française du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, et plus spécifiquement l’opéra. Il a obtenu de nombreux prix pour ses différentes publications, notons par exemple le « Grand prix des muses » et le « Prix Pélléas » pour sa récente monographie Francis Poulenc (Fayard, 2013). Il est également membre du comité des publications de la « Société française de musicologie » et investi dans plusieurs projets internationaux. Chère au laboratoire ALEF, la transdisciplinarité est aussi présente dans ses recherches, comme en témoigne le récent article « Penser musicalement le cinéma : Prénom Carmen de Jean Luc Godard ».

La communication d’Hervé Lacombe entend questionner la notion d’enquête à partir de sa genèse, puis évoquer sa pertinence dans le champ musicologique. À partir du XIXe siècle, l’enquête s’élabore comme paradigme de pensée. Celle-ci présuppose un ordre du monde, une rationalité, la relation causale, un engagement argumenté, etc., et constitue une démarche qui procède par étapes, « diachronique » : elle est scandée par des indices qui élaborent un parcours formé à partir d’hypothèses, et mène à une conclusion.

Etymologie, dénotation, connotations, acceptions de l’enquête au fil des siècles

A partir du latin enqueste, le Moyen-âge emploie dès 1275 le terme inquista dans le domaine juridique. Il s’agit d’une « requête pour savoir », proche du sens de « question ». En droit, c’est une investigation par ordre de justice. Dès cette époque, le modèle constitutif de l’enquête repose ainsi sur une dynamique de questions et de témoignages. Au XVIIIe siècle, l’enquête est décrite comme procès-verbal à destination de quelqu’un désirant s’assurer la preuve de faits passés au moyen de l’écrit.

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 1 – Définitions et champs lexicaux

Appel à communication – Congrès EAM 2016 : Quête/Enquête

Appel à communications pour le 5e Congrès bi-annuel d’EAM (European Network for Avant-Garde and Modernism Studies), Université Rennes 2, France, 1-2-3 juin 2016

Appel à com EAM quête enquête Rennes 2

(Call for papers in English, German and Spanish below)

Ce 5e congrès de l’EAM (European Network for Avant-Garde and Modernism Studies) invite à penser l’association du couple quête/enquête dans les œuvres ou mouvements se réclamant d’une « avant-garde » et des diverses formes de modernisme. Ces dernières semblent pourtant s’être construites en rupture avec les héritages spiritualistes ou bien scientistes évoqués par les deux notions proposées. Si la quête renvoie à l’idée d’un arrière plan ou d’un arrière monde tendu de mystique et impliquant l’absence de terme ou de conclusion, l’enquête en revanche pose d’emblée la conception d’une réalité entièrement rationnelle et d’une démarche susceptible d’aboutir à un résultat précis et concluant. Ce couple, quête et enquête, invite donc à dépasser un paradoxe initial. Il est problématique : la quête suppose une durée sans terme, l’enquête un temps fini. Pourtant, il se pourrait que l’articulation entre quête et enquête puisse permettre aussi bien de mettre en lumière des œuvres complexes, marginales ou négligées, que de poser le problème fondamental de la dialectique entre moderne et anti-moderne, entre avant et arrière garde, entre les novations affirmées et les archaïsmes dissimulés ou au contraire revendiqués.

Continuer la lecture de Appel à communication – Congrès EAM 2016 : Quête/Enquête

L’artiste face à ses archives – Archives de la Métaphore

Journée d’étude « L’artiste face à ses archives »
2 février 2013, Rennes 2

Pascal Bouchez : présentation d’archives de la Métaphore

Comme en témoigne son ouvrage paru en 2007, Filmer l’éphémère. Récrire le théâtre (et Mesguich) en images et en sons, Pascal Bouchez s’est particulièrement attaché à interroger les formes possibles de captation du spectacle vivant, notamment dans leurs limites face à l’autopoïèse théâtrale, cette autoproduction permanente du théâtre en interaction avec son environnement de création et de représentation qui dépasse la seule fiction scénique. Il a ainsi proposé de catégoriser les traces audiovisuelles de spectacle en trois catégories : traces tertiaires de recréation (fragmentées et fragmentaires, différées, décontextualisées, ne respectant pas le vécu de la représentation notamment pour le public), traces primaires de captation (traces courantes de l’enregistrement effectué certes dans les conditions du direct mais une unique fois et donc fortement conditionnées : angles de prise de vue, échantillon arbitraire d’une performance et d’un public à un instant t, etc.), traces secondaires enfin de « multicaptation documentaire à méta-découpage » ou multicaptation DMD. Il envisage cette dernière comme une nouvelle modalité de captation proposant une démultiplication des points de vue d’appréhension du réel perçu dans l’espace et dans le temps, entre captation et recréation assumée. Le but est alors « de générer une trace audiovisuelle fidèle au processus relationnel et à la fiction scénique sur la durée la plus longue possible, voire dans l’idéal sur la totalité de la période d’exploitation publique d’un spectacle. »

Journée d’étude L’artiste face à ses archives – Programme

Journée d’étude 2013 « L’artiste face à ses archives »

en collaboration avec le laboratoire d’études théâtrales, APP, Rennes 2

2 février 2013, Université Rennes 2

Quels sont les usages esthétiques et politiques de l’archive et de la trace ? Pour « rêver le passé » (Bergson, Matière et mémoire, 1896), les artistes contemporains inventent des formes qui permettraient de fixer la vie théâtrale qui fut un jour la leur. Pour ce faire, ils inventent aussi bien des spectacles que les traces qui seront ensuite érigées au rang de signes, ceci pour permettre l’accès, par-delà le produit fini, aux multiples processus qui conduisirent leur geste créateur. Jusqu’où et comment l’artiste invente-t-il les traces de ses propres créations ? Comment l’artiste pense-t-il, organise-t-il, imagine-t-il les traces que ses œuvres laisseront à la postérité ? Quels supports utilise-t-il pour ce faire (cahiers de répétition, captations vidéo, photographies, mémoire incorporée des acteurs, mémoires des spectateurs, etc.) ? La trace et l’archive ne sont-elles pas éminemment subjectives dès lors qu’elles servent une fiction ? Comment ces traces se font-elles le matériau des créations à venir ? En quoi l’archive est-elle le gage d’un renouveau artistique ? En quoi la tradition peut-elle être la source de l’invention ? Comment l’archive permet-elle la transmission ?

Programme

Continuer la lecture de Journée d’étude L’artiste face à ses archives – Programme

Arts, littératures, échanges, frontières