Archives de catégorie : Programme

Congrès EAM – Programme provisoire

Le prochain congrès du réseau EAM (European Network for Avant-garde and Modernism Studies) s’ouvrira très bientôt à Rennes : il se déroule en effet du 1er au 3 juin. Centrée autour des questions de la quête et de l’enquête, dans la continuité du programme du séminaire Alef depuis 2015, cette édition accueillera environ deux cents communicants dans une perspective pluridisciplinaire qui elle aussi fait écho aux objectifs du groupe de recherche Alef.

Vous pouvez retrouver le programme provisoire ici.

Programme Séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

« Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité »

Février 2016 > Novembre 2016

Un jeudi par mois, 15h-17h

Espace recherche ALC, Rennes 2

Contact : labo.alef@gmail.com

Présentation

Le cycle précédent du séminaire ALEF sur l’enquête, alors même que l’enquête était abordée comme modèle qui fonctionne, a mis en avant le fait que, bien souvent, ce qui intéresse l’art dans ce processus est son impossibilité à atteindre une résolution, ou bien ce qu’il laisse derrière lui, voire ses dérives. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons, dans cette deuxième session, interroger plus spécifiquement ce que font les artistes, les créateurs, les auteurs de ce qui déborde l’enquête, comprendre ce que l’art fait de ces opérations échouées – voire questionner la possibilité de l’art de faire échouer les enquêtes.

En effet, à la suite des travaux de Boltanski (Énigmes et complots : Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, NRF essais, 2012), le présupposé de ce séminaire est de prendre l’enquête comme outil à même de rétablir une chaîne de causalité rationnelle qui permette de comprendre et de résorber les instabilités du monde. En somme, l’enquête appose un discours sur le réel, qui, comme le soutient Arlette Farge, « a beau sembler être là, visible et préhensible, […] ne dit en fait rien d’autre que lui-même » (Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 19). C’est une des raisons permettant de comprendre l’importance accordée par l’État, notamment à la fin du XIXe siècle, aux formes de l’enquête par lesquelles il se donne pour tâche de garantir une stabilité, gage de l’unité sociale.

Or les pratiques artistiques menant ou issues d’enquêtes s’insinuent souvent dans les failles des investigations officielles ou en adoptent la forme pour la détourner, notamment en la conduisant vers des apories. De ce fait, les arts semblent s’emparer de l’enquête à rebours, comme un moyen pour questionner les discours d’État ou modéliser des mondes concurrents (Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Nîmes, J. Chambon, 1992). L’enquête en art peut-elle être comprise comme un moyen de mettre à l’épreuve les représentations communes ? Que fait l’art de ce qui reste des enquêtes et de ce qui résiste à l’enquête ?

L’objet de ce nouveau cycle du séminaire ALEF est donc de proposer des réflexions à ces interrogations sur les limites de l’enquête, en se concentrant sur des séances thématiques : l’échec, l’évidement, le sensible, la violence, l’inquiétude, les déchets.

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2016 – Aux confins de l’enquête : entre excès et évidement, l’art créateur d’instabilité

Journée d’étude L’artiste face à ses archives – Programme

Journée d’étude 2013 « L’artiste face à ses archives »

en collaboration avec le laboratoire d’études théâtrales, APP, Rennes 2

2 février 2013, Université Rennes 2

Quels sont les usages esthétiques et politiques de l’archive et de la trace ? Pour « rêver le passé » (Bergson, Matière et mémoire, 1896), les artistes contemporains inventent des formes qui permettraient de fixer la vie théâtrale qui fut un jour la leur. Pour ce faire, ils inventent aussi bien des spectacles que les traces qui seront ensuite érigées au rang de signes, ceci pour permettre l’accès, par-delà le produit fini, aux multiples processus qui conduisirent leur geste créateur. Jusqu’où et comment l’artiste invente-t-il les traces de ses propres créations ? Comment l’artiste pense-t-il, organise-t-il, imagine-t-il les traces que ses œuvres laisseront à la postérité ? Quels supports utilise-t-il pour ce faire (cahiers de répétition, captations vidéo, photographies, mémoire incorporée des acteurs, mémoires des spectateurs, etc.) ? La trace et l’archive ne sont-elles pas éminemment subjectives dès lors qu’elles servent une fiction ? Comment ces traces se font-elles le matériau des créations à venir ? En quoi l’archive est-elle le gage d’un renouveau artistique ? En quoi la tradition peut-elle être la source de l’invention ? Comment l’archive permet-elle la transmission ?

Programme

Continuer la lecture de Journée d’étude L’artiste face à ses archives – Programme

Journée d’étude Créer avec l’archive : détournement et manipulation – Programme

« Créer avec l’archive : détournement et manipulation »

20 juin 2013 – Université Rennes 2

Présentation de la journée par Jeanne Le Gallic et Marie Bulté

L’interrogation du double mouvement entre l’œuvre et l’archive lors du séminaire 2012 d’ALEF a permis de dégager l’archive comme matière première mais aussi comme visée de la production artistique et littéraire. L’archive (en tant que document mais aussi trace, rappel du passé) est déployée, détournée, réemployée au sein de l’œuvre. Elle peut devenir « jeu » entre le passé et le présent, entre la mémoire et l’histoire, entre le vrai et le faux et faire l’objet d’une manipulation, d’un détournement, voire d’une falsification. L’œuvre peut à son tour devenir une archive et ainsi faire trace de sa propre histoire et de sa propre mémoire.

Que devient l’archive lorsqu’elle quitte son espace institutionnel pour entrer dans le monde de l’art et de la littérature ? Garde-t-elle ses propriétés intrinsèques, ses valeurs de commencement et de commandement (dont parle Jacques Derrida dans Mal d’Archive, 1995) ? Perd-elle son caractère documentaire et sa valeur d’authentification si elle se destine à servir une fiction ? L’espace artistique et littéraire remet-il en question l’autorité historique ou mémorielle de l’archive ?

Cette journée d’étude vise ainsi à interroger ces possibles pratiques de détournement et de manipulation. Elle permettra aux doctorants et jeunes chercheurs d’interroger cette thématique autour de communications marquées par la pluridisciplinarité qui caractérise le laboratoire : études cinématographiques, théâtrales, musicologiques, plastiques et littéraires.

Continuer la lecture de Journée d’étude Créer avec l’archive : détournement et manipulation – Programme

Programme Séminaire 2012 – De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre

De l’œuvre à l’archive : de l’archive à l’œuvre

L’archive est un objet qui s’est imposé par son double intérêt méthodologique et théorique. D’un point de vue méthodologique, l’archive est un outil privilégié de la recherche scientifique, auquel tout chercheur se confronte quel que soit son champ disciplinaire. Mais l’archive revêt également un intérêt théorique prononcé.
Dans son essai Mal d’Archive paru en 1995, Jacques Derrida rappelle l’étymon grec arkhé, qui situe l’archive au croisement du commencement et du commandement. L’archive institue dès lors un double principe issu à la fois d’un commencement historique, physique ou ontologique et d’un ordonnancement, d’une compétence qui témoigne d’un pouvoir de consignation, de rassemblement et de fixation de l’archive. Elle est donc moyen d’instituer et de conserver la mémoire.
Faisant écho à ce schéma derridien, il semble en effet exister dans les œuvres d’arts contemporaines une tension dans leur recours à l’archive. L’archive est dans le même temps medium de la production artistique (dans les arts plastiques, au cinéma, au théâtre, en littérature) et visée potentielle de cette production. En confrontant, en déplaçant ou en associant l’archive à l’oeuvre, on déploie donc un faisceau de questionnements qui traversent l’acte de création artistique, son rapport à la mémoire, à l’institution, à la visibilité ou encore à la totalité.
Mais, l’archive a paradoxalement affaire à l’oubli, menace inhérente à sa propre existence tant l’institution d’une archive produit nécessairement un choix mémoriel qui conserve une histoire pour en délaisser d’autres. Au vu du développement exponentiel des nouvelles technologies, ce risque intrinsèque à l’archive se déploie sous de nouvelles modalités. En effet, l’archive à l’ère numérique tend à se démultiplier puisqu’elle ne procède plus nécessairement d’une institution et d’une décision archivistiques. Et devant ce « trop d’archive », le risque de l’oubli réapparaît sous la forme de la dilution et de l’indifférenciation.
L’arkheîon grec ou l’archivium latin sont d’ailleurs comme le mentionne Derrida le lieu où sont à la fois recueillis et interprétés les documents officiels, mais aussi le passage du privé au public, « au croisement (…) du lieu et de la loi, du support et de l’autorité » . Il sera donc possible de questionner ces lieux de mémoire, appelés « les Archives », à l’heure de la dématérialisation des données et de l’apparition de nouvelles formes d’archives telles que les « archives ouvertes ». A la fois mouvement de rassemblement et de dissociation, l’archive ne semble plus en mesure de garantir les limites du privé et du public, du secret et du visible, de la totalité et du fragment. Ces différents couples antinomiques doivent dès lors être observés par le prisme de la production artistique qui renégocie et institue sa propre conception de l’archive, en archivant ses propres œuvres, en la faisant œuvrer ou en la faisant œuvre.
Nos sociétés imposent en effet un rapport au temps toujours davantage centré sur le présent et nourrissent un imaginaire de l’ici et du maintenant. La question du rapport aux archives se pose alors comme un enjeu contemporain majeur : archives comme traces matérielles du passé mais surtout preuves qu’un présent se fait jour à chaque instant. Qu’est-ce qui fait archive et qui fait l’archive ? Où se situent les frontières entre l’œuvre et l’archive ? Comment parvenir à une totalité de l’archive sans risquer de la faire disparaître ?
Si ces questionnements restent les axes principaux de notre recherche, plusieurs pistes de réflexion se démarquent dès à présent. Outre des approches historiques et philosophiques nécessaires et préalables à une définition contextualisée de l’archive, il apparaît intéressant d’interroger le statut de « l’archivistique », le rapport de l’archive à l’Institution, la falsification de l’archive voire son détournement ou encore la notion d’archive vivante. Au coeur du processus double de réception et de création, l’archive semble donc se perdre, se renouveler et s’actualiser sans cesse au contact de la production artistique.

Programme

Continuer la lecture de Programme Séminaire 2012 – De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre