Archives de catégorie : Compte rendu

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 6 – Investir l’œuvre, le récepteur comme enquêteur.

Séance 6 – 8 octobre 2015 : Investir l’œuvre, le récepteur comme enquêteur.

Séance Coordonnée par Barbara SERVANT (Littérature comparée, Cellam Rennes 2) et Sophie LORGERE (Cinéma, Rennes 2)

Peut-on considérer que les œuvres ouvertes et/ou ludiques, appelant une activité de reconstruction, un parcours de la part du récepteur, postulent un spectateur-lecteur enquêteur ? En quoi l’enquête du spectateur-lecteur le conduit-elle à recréer l’œuvre ?

 Gaëlle Debeaux (Littérature – Rennes 2) : Parcourir l’œuvre, est-ce l’enquêter ? Le cas de la lecture de l’hypertexte de fiction


Estelle Mouton-Rovira (Littérature – Paris 7) : Textes ludiques, textes trompeurs : straté- gies de lecture du lecteur-enquêteur


Estelle Mouton-Rovira (Littérature – Paris 7) : Textes ludiques, textes trompeurs : stratégies de lecture du lecteur-enquêteur

 La communication d’Estelle Mouton Rovira s’articule autour de trois fictions philologiques, L’œuvre posthume de Thomas Pilaster d’Eric Chevillard, La Réfutation majeure de Pierre Senges et La déconfite gigantale du sérieux d’Arno Bertina (Pietro di Vaglio), qui reproduisent le dispositif d’édition d’un texte et jouent sur l’identité de l’auteur.

En introduction, Estelle fait un point sur les théories de la lecture (Ingarden, Iser, M. Charles, U. Eco, P. Ricoeur, M. Picard) pour montrer comment elles ont accentué l’idée que le lecteur peut être enquêteur en valorisant son activité. En ce sens, elle souligne l’importance de la métaphore de l’enquête pour parler de la critique littéraire en rappelant qu’au milieu du 19e siècle, la découverte de la critique littéraire s’accompagne d’un grand mouvement de valorisation de l’enquête. Il existe en effet une parenté formelle entre lecture et enquête ; interprétation et enquête (cf Ginzburg).

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 6 – Investir l’œuvre, le récepteur comme enquêteur.

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 5 – Fiction de l’enquête

Séance n°5 – 11 juin 2015 : Fiction de l’enquête

Séance coordonnée par Gaëlle Debeaux (Littérature comparée Rennes 2) et Mathilde Dumontet (Études théâtrales Rennes 2)

Quelle est la place de l’enquête en tant que motif, thème ou structure dans la fiction ? Comment la fiction représente-t-elle l’enquête et comment s’empare-t-elle de ses méthodologies ?

Alice Forge (Arts plastiques ­– Paris 1) : Le Crabe : exemple d’une fiction d’enquête intermédiale construite par indices fragmentaires

Élise Wiener (Littérature – EHESS) : L’enquête au fil de l’archive dans les romans de Patrick Modiano

La venue de Barbara Métais-Chastanier mentionnée dans le programme n’a malheureusement pas pu avoir lieu.

 

Alice Forge (Arts plastiques – Paris 1) : Le Crabe : exemple d’une fiction d’enquête intermédiale construite par indices fragmentaires

Alice Forge est doctorante à Paris 1 sous la direction de Bernard Guelton, au sein Centre d’études et de recherches en arts plastiques, et plasticienne ; elle est, notamment, la fondatrice de la maison d’édition fictive Pyrodactyles.

            C’est avant tout son travail de plasticienne qu’Alice Forge a présenté lors de cette séance consacrée aux représentations de l’enquête au sein de la fiction : elle a en effet exposé sa démarche, dans la création d’une maison d’édition fictive, les Editions Pyrodactyles, qui consiste à adopter une perspective rétrospective sur une période, et en particulier sur ses écrivains, à venir. Autrement dit, l’univers développé par Alice Forge se situe dans la continuité d’une vision dix-neuviémiste du futur. Par ces Editions Pyrodactyles, qui comptent quatre-vingt-quatre livres – dont il n’existe souvent que la couverture – Alice Forge se donne pour mission d’étudier la littérature comparée d’un point de vue graphique : son travail de plasticienne accompagne et se nourrit de ses recherches de doctorat. Elle dessine alors un vaste réseau d’œuvres fictives qui se répondent et s’accumulent, dans un projet inachevé et inachevable, conçu comme un jeu sérieux dans lequel la parodie et la dérivation ont une place de choix.

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 5 – Fiction de l’enquête

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 2 – Enquête, causalité et hasard

Séance 2 (12/03/2015) : Enquête, causalité et hasard

En quoi l’enquête, s’apparentant à une énigme à résoudre et à une quête des indices, est-elle un raisonnement conjectural ? En quoi l’enquêteur, à la manière du chasseur, est-il guidé par la vérité qu’il cherche à mettre au jour et qu’il suit à la trace ?

Alexandre Dupont (Arts plastiques ­– Rennes 2) : Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique

Vincent Escalle (Arts plastiques – Rennes 2) : Le regard du guetteur

Mathilde Dumontet (Études théâtrales – Rennes 2) : Enquêter le discours, faire parler l’indice au prise avec sa médiatisation : causalité, hasard et détournement

Alexandre Dupont : « Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique »

Alexandre Dupont est doctorant en esthétique sous la direction de Nicolas Thély, à l’université de Rennes 2. Son sujet de thèse s’intitule « Le Net Art : étude critique de la construction d’un genre artistique. Théories, réseaux, acteurs, œuvres, réception ».

Alexandre Dupont nous propose une exploration de la notion d’enquête chez John Dewey (1859-1952), psychologue et philosophe américain majeur du courant pragmatiste. La notion d’enquête est travaillée dès 1903 chez Dewey Studies in Logical Theory (‎1903), le philosophe lui donne une orientation pragmatique et questionne le schème de l’enquête ainsi que son rôle dans la pratique et l’expérience philosophique. Dewey fait du projet épistémologique un aspect primordial de la question pratique qui traverse sa pensée.

Le mouvement du pragmatisme américain

John Dewey est l’une des trois figures majeures du pragmatisme américain avec Charles S. Pierce (1839-1914) et William James (1842-1910). Il marque cependant un second moment de la philosophie du pragmatisme, d’une part parce qu’il est plus jeune que ces confrères, et d’autre part puisqu’il discute la notion de pratique vis à vis des textes de ces prédécesseurs.

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 2 – Enquête, causalité et hasard

Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 1 – Définitions et champs lexicaux

Séance n°1 – 12/02/2015 : Définitions et champs lexicaux

Séance coordonnée par : Hélène Heyraud, Histoire de l’art – Rennes 2 HCA ; Dimitri Kerdiles, Musicologie – Rennes 2 APP

Toute recherche est-elle une enquête ? Comment s’est construit le champ lexical de l’enquête et à quoi renvoie-t-il ? Existe-t-il un schème commun dans le processus d’enquête en dépit des sujets divers auxquels elle s’applique ?

Hervé Lacombe (PR. Musicologie – Rennes 2 HCA) : « Eléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie »

Alexandre Dupont (Doctorant Arts plastiques – Rennes 2) : « Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique ».

Alexandre Dupont n’ayant malheureusement pu être présent le jour de la séance, son intervention a été reportée à la suivante. La 1ère séance a donc été intégralement dédiée à l’intervention d’Hervé Lacombe.

Hervé Lacombe : « Eléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie »

Hervé Lacombe est Professeur d’Université en musicologie à Rennes 2 depuis 2002. Ses recherches concernent essentiellement la musique française du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, et plus spécifiquement l’opéra. Il a obtenu de nombreux prix pour ses différentes publications, notons par exemple le « Grand prix des muses » et le « Prix Pélléas » pour sa récente monographie Francis Poulenc (Fayard, 2013). Il est également membre du comité des publications de la « Société française de musicologie » et investi dans plusieurs projets internationaux. Chère au laboratoire ALEF, la transdisciplinarité est aussi présente dans ses recherches, comme en témoigne le récent article « Penser musicalement le cinéma : Prénom Carmen de Jean Luc Godard ».

La communication d’Hervé Lacombe entend questionner la notion d’enquête à partir de sa genèse, puis évoquer sa pertinence dans le champ musicologique. À partir du XIXe siècle, l’enquête s’élabore comme paradigme de pensée. Celle-ci présuppose un ordre du monde, une rationalité, la relation causale, un engagement argumenté, etc., et constitue une démarche qui procède par étapes, « diachronique » : elle est scandée par des indices qui élaborent un parcours formé à partir d’hypothèses, et mène à une conclusion.

Etymologie, dénotation, connotations, acceptions de l’enquête au fil des siècles

A partir du latin enqueste, le Moyen-âge emploie dès 1275 le terme inquista dans le domaine juridique. Il s’agit d’une « requête pour savoir », proche du sens de « question ». En droit, c’est une investigation par ordre de justice. Dès cette époque, le modèle constitutif de l’enquête repose ainsi sur une dynamique de questions et de témoignages. Au XVIIIe siècle, l’enquête est décrite comme procès-verbal à destination de quelqu’un désirant s’assurer la preuve de faits passés au moyen de l’écrit.

Continuer la lecture de Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 1 – Définitions et champs lexicaux

De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 7 – L’archive comme invention – 1

« Restaurer / Réinventer : le film vs l’archive. Le cas Vigo » par Laurent Le Forestier

Laurent le Forestier est professeur d’études cinématographiques à l’université Rennes 2, où il dirige le laboratoire de cinéma ; il est spécialiste du cinématographe et du « cinéma des premiers temps », de l’historiographie du cinéma dans l’optique de la Nouvelle Histoire, et de l’histoire de la critique de cinéma. Il est membre de l’Association Française de Recherche sur l’Histoire du Cinéma, et secrétaire d’édition de la revue 1895. Laurent Le Forestier a notamment consacré un ouvrage à la firme PATHE en 2006, et plusieurs articles sur André Bazin, dont il propose une contextualisation du discours dans une perspective d’histoire de la théorie et de la critique du cinéma.

Compte-rendu :

A travers les problèmes posés par l’édition numérique de l’œuvre de Jean Vigo, Laurent Le Forestier tentera de soulever des questions épistémologiques, liées à l’usage des archives cinématographiques, très diverses sur le plan matériel.

Continuer la lecture de De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 7 – L’archive comme invention – 1