Aux confins de l’enquête – Séance 2 – Enquête et évidement

Séance 2 – 18 mars 2016 : Enquête et évidement

Séance coordonnée par Alexandre Dupont (Esthétique, Rennes 2) et Lola Lorant (Histoire de l’art, Rennes 2)

En quoi les enquêtes artistiques peuvent-elles conduire à la mise en évidence d’apories ? Peut-on penser des enquêtes sans objet ? Vidée de son sens, garde-t-elle une forme ? Peut-on penser une enquête qui refuserait toute finalité pour se nourrir de sa propre dynamique ?

Anaïs Oléron (Littérature française – Université de Reims) : Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet).

Louise Couturier (Études cinématographiques – Paris X-Nanterre) : Louise-Michel ou le retournement de l’Affaire JFK.

Quentin Montagne (Arts plastiques – Rennes 2) : La sirène au cœur de l’enquête : cryptozoologie, docu-fiction et théorie du complot.


Anaïs Oléron,  « Trop plein d’évidences et béance du sens : l’enquête en terrain miné du lecteur robbe-grillétien (Les Gommes, Le Voyeur et La Reprise d’Alain Robbe-Grillet). »

Agrégée de lettres modernes, Anaïs Oléran prépare une thèse à l’université de Reims, sous la direction de Frank Wagner. Ses recherches portent sur la non fiabilité narrative dans la littérature française contemporaine.

          Dans son introduction, Anaïs Oléron présente l’enquête comme une démarche heuristique et aléthique, qui induit une recherche de vérité sous-jacente après un bouleversement. Mais ce modèle de l’enquête est reconfiguré dans les romans d’Alain Robbe-Grillet. L’auteur, associé à la mouvance du Nouveau Roman, vide le modèle standard de l’enquête policière de son efficacité attendue. Le lecteur qui déploie des efforts pour rassembler les indices et la trame des événement se retrouve piégé dans la vacuité de l’enquête. Trois romans d’Alain Robbe-Grillet sont analysés à travers la question de la forme que peut prendre l’évidemment de l’enquête et l’esthétique qui en découle, mais aussi en quoi la perte des normes rationnelles conduit le lecteur à repenser le monde.

La communication d’Anaïs Oléron s’appuie sur trois romans d’Alain Robbe-Grillet qui jouent avec les normes établies : Les Gommes (1953), Le Voyeur (1955) et La Reprise (2001). Les Gommes est le premier roman de l’auteur. Dans cette réécriture du mythe d’Œdipe, l’enquêteur est persuadé qu’un crime a eu lieu. L’évidemment de l’enquête devient le motif et le procédé de l’écriture. Dès le début, on apprend que le crime n’a pas été commis, enlevant ainsi une partie du plaisir au lecteur qui en sait plus que le détective. À l’instar du mythe d’Œdipe, le meurtre surgit à la fin. Le Voyeur (1955) est l’histoire d’un voyageur de commerce qui passe deux jours sur une île. Alain Robbe-Grillet use d’une focalisation interne stricte, limitée au personnage de Matthias. Le lecteur croit comprendre que ce dernier a commis un viol et un crime sur une jeune fille. L’accent est surtout mis sur les fantasmes et les obsessions de Matthias qui n’est jamais inquiété. Bien que le roman fasse allusion aux codes du roman policier, l’enquête n’a pas lieu et laisse le lecteur frustré. Dans La Reprise (2001), une lutte s’installe entre deux jumeaux qui enquêtent. Ces deux narrateurs se battent pour avoir la main mise sur le récit. La fin du roman est décevante pour le lecteur qui ne sait pas lequel à la prévalence sur l’autre. Mais l’inefficience de l’enquête rapproche l’enquêteur du lecteur qui cherche des traces et cherche à leur donner du sens.

Au-delà de sa présence thématique, Alain Robbe-Grillet fait de l’enquête une manière d’écrire. On peut relever trois procédés : la contradiction, la variation dans la répétition, l’aporie. L’enquêteur est confronté à des interprétations contradictoires qui ne sont pas hiérarchisées. Aucune d’elles ne peut être privilégiées. Un même personnage peut présenter des versions différentes d’un même événement. Les pistes sont multiples et des questions restent en suspens. Par conséquent, aucun discours ne prévaut. L’enquête est le moteur de l’écriture d’Alain Robbe-Grillet, car l’auteur fait constamment jouer la tension entre ordre et désordre. L’esthétique se détermine comme un regard sur la pratique et, par extension, un regard porté sur le monde. Les romans s’appréhendent dès lors tels des rapports d’investigations qui confèrent à la notion d’enquête une force critique.

La communication conclut sur l’idée de méfiance face au terme de vérité, qui serait relative et affaire de points de vue. Le monde étant l’objet d’incompréhension, la crédibilité de l’enquête se traduit dans l’activité d’interrogation. Ainsi, le renversement du modèle classique de l’enquête est aussi celui du rôle du lecteur-enquêteur, qui ne récolte plus les réponses à l’intrigue. En effet, si la réalité ne pré-existe pas au texte, Alain Robbe-Grillet ne veut pas enfermer le lecteur dans une réalité artificielle mais constitutive des conséquences de nos actes. Figer le sens reviendrait alors à le détruire.

Louise Couturier, « Louise-Michel ou le retournement de l’Affaire JFK. »

Doctorante en études cinématographiques à l’université Paris X-Nanterre, Louise Couturier prépare une thèse sur les fictions composées par les motifs esthétiques dans le cinéma des frères Dardenne, sous la direction de Barbara Le Maître.

          À partir du film amateur de 26 secondes d’Abraham Zapruder, au cœur de l’enquête de l’assassinat du président Kennedy à Dallas le 22 novembre 1963, Louise Couturier analyse le film Louise-Michel du duo Kervern-Delépine. Elle met en évidence la manière dont le régime du visible se substitue à celui du secret, imposant à la vision un exercice d’analyse.

Le film d’Abraham Zapruder fut largement diffusé. Des photogrammes ont été publiés dans le magazine Life en 1964. Mais lorsque le rapport de la commission Warren est publié le 27 septembre 1964, il apparait que des photogrammes sont manquants. Alors que dans le film de Zapruder la tête du président va de gauche à droite, elle penche de droite à gauche dans le rapport. Les photogrammes Z314 et Z315 auraient été inversés dans le rapport. La manipulation alimente les théories les plus diverses, dont celles conspirationnistes. Les copies du film de Zapruder, largement diffusées, sont utilisées pour faire pression afin de rouvrir l’enquête. La qualité médiocre des copies alimente allègrement les interprétations de l’évènement. L’assassinat de John F. Kennedy est alors perçu comme un moment décisif durant lequel la violence pénètre dans la société américaine et par extension dans le cinéma hollywoodien. De cette manière, la désignation de Lee Harvey Oswald comme coupable est souvent interprétée comme un blocage psychologique de grande ampleur et moteur des hypothèses de conspiration. Comment une seule personne aussi banale qu’elle soit pourrait être l’unique responsable d’un acte commis contre un président des Etats-Unis ? Partant du refus d’une idée insupportable par défaut de crédibilité, une partie de la population américaine chercha du côté de la raison d’État.

Cette affaire est présentée comme quasi-paradigmatique d’un Nouvel Hollywood. Dès la fin des années 1960, la violence devient un thème fort des productions filmiques, dont l’évolution des traitements accompagnent le cinéma des décennies suivantes.

Louise-Michel de Gustave Kervern et Benoît Delépine est un film qui décline les symptômes de l’affaire JFK et du film de Zapruder. Des ouvriers, qui se retrouvent au chômage suite à la fermeture de leur usine, engagent un tueur à gage pour « liquider le patron ». Cependant, l’enjeu de l’enquête est retourné dans le sens où la finalité ne consiste plus à identifier le coupable mais à trouver la future victime. La lecture concernant la narration s’appuie sur la mutation de la société industrielle vers le modèle post-industrielle. Partant de cela, la difficulté des protagonistes à accomplir leur dessein illustre une impossibilité de penser un modèle qui éclate le schéma pyramidal du patronat. Le patronat postindustriel, que les mécanismes d’actionnariat et de fonds de pension rend abstrait, déploie un système qui tire sa puissance de cette invisibilité. Cette mutation du traitement de l’enquête dans Louise-Michel révèle des procédés cinématographiques qui abordent le développement d’une esthétique de la lacune, de la dématérialisation des points de vue, l’inversion des pôles et des genres.

Les contours de l’enquête se complexifient à mesure que les personnages de Louise et Michel se noient dans l’anonymat du système dirigeant. Cela témoigne d’un glissement de la société industrielle à une société du réticulaire. La vacuité de l’enquête des personnages s’explique par ce glissement, entre un modèle hiérarchique industriel vers une société où le patronat est dissolu. La cible de Louise et Michel éclate dans une multitude inaccessible, rendant ainsi l’enquête impossible dans le temps de l’intrigue. La quête et l’enquête n’a dès lors plus aucune issue.

Quentin Montagne, « La sirène au cœur de l’enquête : cryptozoologie, docu-fiction et théorie du complot. »

     Mermaids, the Body Found est une production télévisuelle américaine de 82 minutes qui superpose théories du complot et théories scientifiques à rebours du discours officiel. 1,9 millions de spectateurs regardèrent le film diffusé en 2012. Une suite, sous la forme d’une émission diffusée en 2013, sous le nom de Mermaids: The New Evidence, prolonge la première enquête.

L’idée qui sous-tend cette enquête est celle de montrer aux téléspectateurs l’image d’une nature mystérieuse et dangereuse, en prenant pour objet d’étude l’existence des sirènes. En prenant pour indices la détection de cris, dont le langage serait aussi complexe que celui des hommes, l’hypothèse de l’existence des sirènes suscite un intérêt nouveau. Le moment décisif de la confiscation des éléments d’enquête par la police suppose que les institutions du pouvoir entravent la recherche scientifique sur les sirènes. Dès lors, le film se propose de dévoiler un complot de grande envergure. Si le téléspectateur ignore quelle organisation nuit à l’enquête, ceci introduit la dimension de conspiration pris comme supposition autour d’événements historiques opaques et peu clairs. Néanmoins, le scénario s’éloigne du film de complot standard. Dans Mermaids, the Body Found, les personnages sont tous présentés comme des scientifiques travaillant dans des structures officielles. Leur scepticisme reflète l’attitude du spectateur que l’enquête ne peut que convaincre. Pour authentifier le procédé, le film adopte les codes du documentaire : interview de témoins qui corroborent le récit, vidéos de type found footage ou encore scènes de reconstitution. Le film glisse progressivement vers le docu-fiction qui fait de l’histoire ou de la science un sujet de distraction pour les grandes audiences. Différents procédés font passer les sciences simulées pour vraies : utilisation d’archives dont les sources ne sont jamais mentionnées, voix-off anonyme omnisciente et omnipotente qui légitime les lacunes documentaires, effacement de la frontière entre le fictif et le factuel en intégrant des documents authentiques. Il y a rupture du contrat du genre documentaire.

Néanmoins, le film atteint un nouveau niveau de crédibilité en glissant de l’authenticité vers la vraisemblance. Mermaid ne serait pas un délire d’interprétation. En effet, on peut se référer aux travaux de cryptozoologie de Bernard Heuvelmans. De plus, la mer est un territoire largement méconnu et ses eaux profondes n’ont pas été explorées. Si l’on connaît 22000 espèces marines, il en existerait entre 700 000 et 1 000 000 selon les chercheurs.

Ces faits nous incitent à penser que la sirène n’est pas de l’ordre du magique, puisque son existence demeure de l’admissible et du vraisemblable. De plus, la production par la chaine télévisée Discovery Channel d’un second volet pose question. Le public ayant connaissance des subterfuges de la réalisation, une suite ne devrait pas pouvoir théoriquement exister. La communication se conclut en interrogeant l’idée que le processus d’enquête dans la série des Mermaids est saisissable comme un désir profond de réenchantement du réel. L’apport de la cryptozoologie et des principes relevant du complotisme participeraient à l’émergence d’une forme de spiritualisme comme révolte envers une tradition rationaliste héritée des Lumières.


      Les enquêtes artistiques présentées dans ces trois communications demeurent irrésolues, ou du moins laissent perplexe. Les investigations du lecteur d’Alain Robbe-Grillet, les personnages de Louise-Michel et les scientifiques de Mermaids, the Bodyfound sont inévitablement vouées à l’échec. Pourtant vidée de son efficience attendue, l’enquête demeure l’objet de ces œuvres qui se nourrissent des cheminements de quêtes tortueuses et difficiles. L’enquête artistique prend forme à travers des procédés qui contournent la résolution rationnelle traditionnellement attendue. La littérature joue sur la subjectivité des points de vue, le cinéma sur les lacunes visuelles et le docu-fiction rompt avec le contrat du genre documentaire. Néanmoins, en ne parvenant pas à leur finalité, ces enquêtes se situent au-delà de leur objet premier en révélant les apories d’une vérité que l’on considère relative et contradictoire, l’opacité d’un pouvoir devenu anonyme ou encore l’existence plausible de créatures fantastiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *