Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 7 – Enquêter l’enquête

Séance 7 – 12 novembre 2015 : Enquêter l’enquête

Séance coordonnée par Mathilde Dumontet (Études théâtrales — Rennes 2) et Jérôme Allain (archiviste – fonction publique territoriale)

Dans un jeu de mise en abime, cette séance clôture nos interrogations sur les différents espaces de l’enquête par une séance épistémologique sur la posture du chercheur. Quelle méthodologie utilise le chercheur qui travaille sur des objets d’étude investissant les modalités de l’enquête ? Que va-t-il regarder et selon quelles hypothèses ? Comment appréhender le déplacement du regard sur différentes échelles de lecture et qu’elles en sont les enjeux heuristiques ?

Gaspard Salatko (Anthropologie – Marseille) : Heuristique de la notion d’enquête appliquée à la conservation et à la restauration des artéfacts artistiques et patrimoniaux

Joël Kérouanton (Études théâtrales – Rennes 2) : L’enquête expérientielle comme méthodologie de recherche

Résumé de l’intervention n°1 : Gaspard Salatko (Anthropologie – Marseille) : Heuristique de la notion d’enquête appliquée à la conservation et à la restauration des artéfacts artistiques et patrimoniaux

 Gaspard Salatko débute son intervention par la présentation d’un cas pratique qui met en jeu les postures de détective et de sociologue du restaurateur. En 2012, Eloïse Quétel se spécialise dans la conservation des restes humains. Elle s’intéresse à cinq peaux tatouées conservées dans la collection du médecin légiste Lacassagne, spécialiste dans l’analyse des tatouages de détenus datant de la fin du xixe siècle. Afin d’assurer la pérennité de ces peaux, la restauratrice endosse une posture d’enquêtrice à la manière de Sherlock Holmes par la mise en place d’une démarche indicielle : elle doit étudier les traces de l’objet pour reconstituer son histoire en déduisant le monde qui les a fait naître. Avec cet exemple introductif, Gaspard Salatko illustre le fonctionnement de la démarche de restauration qui, parce que toujours confronté à des cas particuliers, endosse la posture d’enquêteur.

Il poursuit sa réflexion autour d’un second cas : la restauration en 2004 d’un Christ en bois datant du xviie siècle. Sur le cartel de présentation de l’objet, le moment de la restauration est mentionné comme étape importante dans la vie de l’objet car il s’agit d’un changement d’état pour ce dernier. La restauration se définit par la perpétuation de l’objet à l’identique de son état initial. Avant la restauration, il était de notoriété publique que la statue était constituée de cuir, voire de peaux humaines. Les analyses ont montré qu’elle était au contraire fabriquée à partir de papier mâché. L’enquête menée pour la restauration observe donc un changement de discours sur l’objet, passé d’un Christ en peaux humaines à un Christ en papier mâché. La restauration ne peut donc pas être à l’identique. Ce qui fait de la restauration une pratique essentiellement culturelle dont l’identification de la vie de l’œuvre est une recherche incontournable. Le Christ en bois a subi aussi plusieurs repeints successifs et plusieurs réparations (la réparation rend de nouveau l’objet fonctionnel, contrairement à la restauration qui le remet à son état d’origine). Le rapport retranscrit une chaine chronologique dans la vie de l’objet : naissance, altérations, réparations, restaurations… L’objet n’a pas d’état stable dans le temps, et la restauration est un ajout dans cette chaine chronologique et non un retour à l’initial. De plus, dans le cas du Christ en bois, le restaurateur choisit de remettre l’objet, non pas dans son état initial, mais avec sa deuxième peinture.

Gaspard finit son intervention par une prise de hauteur sur la pratique du restaurateur, souvent considérée comme simplement descriptive. Cesare Brandi définit l’objectif du restaurateur : rétablir l’unité essentielle de l’œuvre d’art sans faire un faux artistique, d’indétermination historique et sans effacer les traces de l’œuvre dans le temps. Cependant les solutions pour obtenir ce résultat sont multiples. L’enquête devient alors un moyen de répondre à cette consigne. Cependant, le choix des modalités descriptives mises en œuvre pour détailler la vie de l’objet est épineux. Les catégories utilisées pour la description en restauration sont souvent empruntées aux sciences sociales, qui utilisent ces mêmes catégories pour interroger l’acte de restauration. De plus, en prenant une posture de sociologie du dévoilement, la notion purement biographique de l’objet a le désavantage de ne pas toujours prendre en compte la conjecture. Or, le patrimoine est une catégorie inventée pour désigner ce à quoi collectivement nous tenons. Ce qui signifie que les objets évoluent avec les êtres qui les créent et qui leur donnent une charge symbolique spécifique et évolutive.

Gaspard termine son intervention sur une interrogation ouverte autour d’une nouvelle organisation entre les êtres et les choses.

 

Résumé de l’intervention n°2 : Joël Kérouanton (Études théâtrales – Rennes 2) : L’enquête expérientielle comme méthodologie de recherche.

             Joël Kérouanton mène des recherches autour de la pratique artistique dans le champ du travail social et plus particulièrement la relation d’accompagnement. Aussi, a-t-il souhaité nous parler pour cette communication de l’enquête comme modalité de reconstitution de l’expérience en tant que fonction formative tout en mettant en avant que les acquis ne naissent pas spontanément de l’expérience vécue. Qu’est-ce qui produit de la connaissance dans l’expérience ? Sous quelle forme restituer les preuves ? Quand l’enquête fait-elle science ?

 L’enquête expérientielle en tant que méthodologie de recherche permet selon Joël Kérouanton de comprendre les relations entre la réflexibilité d’expérience et la réflexion scientifique. Pour en démontrer la faisabilité, le cas étudié est l’expérience même de l’enquêteur, ici Joël Kérouanton. L’enquête expérientielle implique en conséquence un travail de mémoire, de reconstitution des faits ainsi que de la description de leur impact et un travail de réécriture de précédentes publications. Ce travail d’autoréflexivité a amené l’enquêteur à échanger avec un « chercheur collectif », à savoir un personnage imaginaire inspiré de personnes rencontrées par Joël Kérouanton tout au long de ses expériences, à différents moments et dans différents lieux.

L’un des exemples d’enquête expérientielle cité est la réalisation d’un ouvrage ainsi que d’un site Internet nommé le Dico du spectateur : une œuvre dite ouverte, interactive et évolutive pour sa version en ligne, en fonction des coproductions. Il est donné l’exemple d’une commande de création du Conseil Général du Val d’Oise auprès de Joël Kérouanton afin de collecter avec l’aide d’animateurs socioculturels la parole des spectateurs et de traduire par écrit leur regard à la fois sur l’œuvre et eux-mêmes tout en préservant la contextualité des témoignages collectés. Avec ses propres mots, cette communauté de spectateurs permet d’ouvrir le champ à de nouvelles perspectives sur les différents statuts des spectateurs (amoureux, blasé, des-lieux, maso, etc.) (plus d’infos : http://dicospec.g-u-i.net/labos/Val-d’Oise).

 Joël Kérouanton termine son intervention en expliquant que l’enquête expérientielle permet de soulever trois pistes d’analyses : la place de l’ethnographie dans le champ artistique et littéraire (croyance, coutume, etc.), une redéfinition des points de vue (le chercheur collectif, l’auteur, etc.) et les créations comme support d’enquête.

 Dans ces deux interventions, qui traitent finalement de deux objets très éloignés et mettent en place des protocoles différents, certaines questions sous-jacentes sont communes. La question de l’objet ou du spectacle dans le temps nous montre comment un état initial, parfois instable comme une représentation, se démultiplie dans le temps, soient par les croyances collectives comme pour la statue qui devient faite de peaux humaines, soit par les effets de la mémoire dans le temps mais aussi au moment même de la réception. Par là, l’enquête est fondamentalement liée au temps, mais la conception linéaire devient caduque quand différentes réalités se superposent. De cette question découle celle de la relation entre l’œuvre d’art et des êtres humaines. Cette relation, interrogée dans les deux interventions, montre bien l’imbrication des deux catégories : l’objet agit sur son récepteur autant qu’il y a toujours des êtres derrière les objets. En ce sens, parfois, l’enquête en voulant simplifier et raisonner la vie des objets, leur fait perdre une part de l’imaginaire collectif. La question des sources est centrale dans les deux interventions. Si le restaurateur a besoin de les détailler ainsi que décrire précisément leur évolution, cette démarche est toujours marqué dans le temps. Au contraire, la posture artistique de Jöel interroge la possibilité de choisir pour le lecteur l’accès aux sources. L’acte de disséminer des sources dans un discours, sans pouvoir les distinguer est aussi, dans une certaine mesure, une posture de réappropriation du savoir.

Ces deux interventions nous rappellent qu’au final, l’enquête demeure encore et toujours une modalité de mise en récit de la connaissance.


Une réflexion au sujet de « Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 7 – Enquêter l’enquête »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *