Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 5 – Fiction de l’enquête

Séance n°5 – 11 juin 2015 : Fiction de l’enquête

Séance coordonnée par Gaëlle Debeaux (Littérature comparée Rennes 2) et Mathilde Dumontet (Études théâtrales Rennes 2)

Quelle est la place de l’enquête en tant que motif, thème ou structure dans la fiction ? Comment la fiction représente-t-elle l’enquête et comment s’empare-t-elle de ses méthodologies ?

Alice Forge (Arts plastiques ­– Paris 1) : Le Crabe : exemple d’une fiction d’enquête intermédiale construite par indices fragmentaires

Élise Wiener (Littérature – EHESS) : L’enquête au fil de l’archive dans les romans de Patrick Modiano

La venue de Barbara Métais-Chastanier mentionnée dans le programme n’a malheureusement pas pu avoir lieu.

 

Alice Forge (Arts plastiques – Paris 1) : Le Crabe : exemple d’une fiction d’enquête intermédiale construite par indices fragmentaires

Alice Forge est doctorante à Paris 1 sous la direction de Bernard Guelton, au sein Centre d’études et de recherches en arts plastiques, et plasticienne ; elle est, notamment, la fondatrice de la maison d’édition fictive Pyrodactyles.

            C’est avant tout son travail de plasticienne qu’Alice Forge a présenté lors de cette séance consacrée aux représentations de l’enquête au sein de la fiction : elle a en effet exposé sa démarche, dans la création d’une maison d’édition fictive, les Editions Pyrodactyles, qui consiste à adopter une perspective rétrospective sur une période, et en particulier sur ses écrivains, à venir. Autrement dit, l’univers développé par Alice Forge se situe dans la continuité d’une vision dix-neuviémiste du futur. Par ces Editions Pyrodactyles, qui comptent quatre-vingt-quatre livres – dont il n’existe souvent que la couverture – Alice Forge se donne pour mission d’étudier la littérature comparée d’un point de vue graphique : son travail de plasticienne accompagne et se nourrit de ses recherches de doctorat. Elle dessine alors un vaste réseau d’œuvres fictives qui se répondent et s’accumulent, dans un projet inachevé et inachevable, conçu comme un jeu sérieux dans lequel la parodie et la dérivation ont une place de choix.

            C’est au sein de ce travail que s’ancrent deux ouvrages qui s’articulent autour de l’imaginaire de l’enquête. Le premier, Le Crabe, fonctionne comme une enquête construite par fragments d’autres œuvres ; si l’intrigue se situe dans les années 2150, l’inspiration, en cohérence avec la ligne des Editions Pyrodactyles, est à chercher du côté des figures d’Arsène Lupin ou encore de Black & Mortimer. L’enquête comme imaginaire se manifeste par l’emploi d’une « iconographie de l’enquête », avec, par exemple, la présence sur la page de garde d’extraits de journaux fictifs retraçant un crime autour de la disparition d’œuvres d’art. Le second ouvrage présenté lors de cette séance par Alice Forge, intitulé Le Collège d’écriture mécanique, porte sur une maison, élaborée à partir d’une demeure réelle aperçue lors d’une déambulation-enquête précédant la création, dans laquelle vivent plusieurs écrivains ; l’œuvre cherche alors à représenter le quotidien de ces artistes inspirés par les surréalistes et les membres de l’Oulipo : comment vit-on quand on est écrivain en communauté ? Comment représenter ces existences d’artistes fictifs ? L’œuvre se construit à l’aide de plans stylisés, qui visent, comme le dit Alice Forge, à « marquer le territoire de l’enquête policière ».

            Cette intervention, en inscrivant l’imaginaire de l’enquête dans une dimension ludique, à travers des formes de détournements parodiques, a soulevé de nombreuses questions dans l’auditoire, notamment l’idée, à partir du second ouvrage présenté, d’un rapport étroit entre l’enquête et le parcours, idée qui trouvera un net écho dans la communication présentée par Elise Wiener.

Élise Wiener (Esthétique – EHESS) : L’enquête au fil de l’archive dans les romans de Patrick Modiano

Élise Wiener est doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Jean-Marie Schaeffer, au sein du Centre de Recherches sur les Arts et le Langage. Ses recherches portent sur la manière dont la mémoire et la trace s’inscrivent au cœur de la structure narrative des romans de Patrick Modiano. Elles s’attachent à mettre à jour la rencontre entre son écriture, forgée par l’oubli et la réminiscence de figures du passé, et l’ontologie de l’image photographique : ombre, absence et disparition de l’origine.  

La communication d’Elise Wiener s’est focalisée sur l’étude de la forme de l’enquête comme structure de la fiction dans les romans de Patrick Modiano. Chaque œuvre est construite sur le même modèle : le protagoniste doit retrouver une personne ou un souvenir disparu. Cependant, ce point de départ semble devenir rapidement un prétexte pour mettre au jour un manque, et ainsi interroger les formes mêmes de la mémoire. Plutôt que de chercher à résoudre une énigme, l’enquête épaissit un mystère.

Les œuvres de Modiano ont une dimension archivistique forte. Le protagoniste des romans, figure d’un enquêteur archiviste, se construit à travers les archives (archives judiciaires, bottins, registres, coupures de presses, etc.). Le recours à l’archive, selon Elise Wiener, permet à Modiano de mettre le lecteur sur la voie de ce qui a pu être une trace d’existence sans rien dévoiler d’une quelconque personnalité. L’auteur interroge ainsi la zone de flou entre un nom, une adresse et un parcours géographique. Dans Dora Bruder, par exemple, le protagoniste suit la piste de cette jeune déportée sur les deux dernières années de sa vie. Il réalise une sorte de filature au passé en parcourant les déplacements de la jeune fille à travers la ville pour tenter par là de cerner son existence. Mais il suit aussi la piste de cette jeune femme pour, en filigrane, parler de tous ceux dont il ne reste aucune trace, parler de l’occupation, de l’oubli.

Ainsi dans les œuvres de Modiano, l’archive est utilisée pour réfléchir l’évanescence d’une ombre. L’enquête devient la mise au jour d’une disparition, qui doit être actualisée et prise en compte. L’enjeu est de comprendre pourquoi cette disparition a eu lieu et de traduire une espèce de silence de l’existence.

Finalement, l’enquête chez Modiano déjoue la résolution : l’enquête ne permet pas d’en savoir beaucoup plus, à part de mettre au jour les silences et les déplacements d’existences qui, sans le récit, auraient tout à fait disparu. Le protagoniste lui-même parfois se transforme en clochard, au sens où il disparait dans la ville, et l’enquête prend la forme d’une errance citadine, comme dans la mémoire et le passé, où les strates temporelles s’entremêlent dans une superposition des époques de vécues par la personne disparue et par le protagoniste.

Synthèse des interventions

            Ces deux interventions, sans que cela soit une orientation spécifique de notre part, ont pris le parti d’interroger la figuration de l’enquête comme façon d’explorer ce qui n’existe pas ou n’existe plus : les enquêtes fictives des créations d’Alice Forge font renaître un imaginaire du passé, accompagné de ses représentations vintage et décalées, et donnent naissance à des œuvres et des écrivains eux-mêmes fictifs, sur lesquels toute enquête du lecteur ne peut qu’être ludique ; chez Modiano, comme l’a montré Elise Wiener, l’enquête vise à ressusciter une existence, mais cette vocation est d’emblée vouée à l’échec car elle se construit sur les vides d’une vie oblitérée par l’histoire. Dès lors, l’enquête comme imaginaire et comme modalité de la fiction devient une façon d’autoriser un parcours, un cheminement tantôt grave, tantôt ludique, souvent mélancolique, dans le monde, son histoire récente et sa culture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *