Explorer les différents espaces de l’enquête – Séance 1 – Définitions et champs lexicaux

Séance n°1 – 12/02/2015 : Définitions et champs lexicaux

Séance coordonnée par : Hélène Heyraud, Histoire de l’art – Rennes 2 HCA ; Dimitri Kerdiles, Musicologie – Rennes 2 APP

Toute recherche est-elle une enquête ? Comment s’est construit le champ lexical de l’enquête et à quoi renvoie-t-il ? Existe-t-il un schème commun dans le processus d’enquête en dépit des sujets divers auxquels elle s’applique ?

Hervé Lacombe (PR. Musicologie – Rennes 2 HCA) : « Eléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie »

Alexandre Dupont (Doctorant Arts plastiques – Rennes 2) : « Introduction à l’enquête chez John Dewey : penser une connaissance du sensible par l’épistémologie empirique ».

Alexandre Dupont n’ayant malheureusement pu être présent le jour de la séance, son intervention a été reportée à la suivante. La 1ère séance a donc été intégralement dédiée à l’intervention d’Hervé Lacombe.

Hervé Lacombe : « Eléments de réflexion sur l’idée d’enquête en musicologie »

Hervé Lacombe est Professeur d’Université en musicologie à Rennes 2 depuis 2002. Ses recherches concernent essentiellement la musique française du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, et plus spécifiquement l’opéra. Il a obtenu de nombreux prix pour ses différentes publications, notons par exemple le « Grand prix des muses » et le « Prix Pélléas » pour sa récente monographie Francis Poulenc (Fayard, 2013). Il est également membre du comité des publications de la « Société française de musicologie » et investi dans plusieurs projets internationaux. Chère au laboratoire ALEF, la transdisciplinarité est aussi présente dans ses recherches, comme en témoigne le récent article « Penser musicalement le cinéma : Prénom Carmen de Jean Luc Godard ».

La communication d’Hervé Lacombe entend questionner la notion d’enquête à partir de sa genèse, puis évoquer sa pertinence dans le champ musicologique. À partir du XIXe siècle, l’enquête s’élabore comme paradigme de pensée. Celle-ci présuppose un ordre du monde, une rationalité, la relation causale, un engagement argumenté, etc., et constitue une démarche qui procède par étapes, « diachronique » : elle est scandée par des indices qui élaborent un parcours formé à partir d’hypothèses, et mène à une conclusion.

Etymologie, dénotation, connotations, acceptions de l’enquête au fil des siècles

A partir du latin enqueste, le Moyen-âge emploie dès 1275 le terme inquista dans le domaine juridique. Il s’agit d’une « requête pour savoir », proche du sens de « question ». En droit, c’est une investigation par ordre de justice. Dès cette époque, le modèle constitutif de l’enquête repose ainsi sur une dynamique de questions et de témoignages. Au XVIIIe siècle, l’enquête est décrite comme procès-verbal à destination de quelqu’un désirant s’assurer la preuve de faits passés au moyen de l’écrit.

Ainsi l’enquête vise une origine passée. Elle doit reconstituer comme une énigme à résoudre les faits qui se sont enchaînés. Au XIXe siècle, le positivisme développe l’idée de l’enquête comme une « machine à remonter le temps ». Les multiples possibles donnant lieu à l’énigme sont peu à peu soustraits par l’enquête jusqu’à la révélation de l’événement unique ayant réellement eu lieu.

Hervé Lacombe s’oppose alors au rapprochement de l’œuvre d’art à l’enquête. Au contraire de celle-ci, la création est tournée vers l’avenir, vers un but à venir.

Pour définir l’enquête, le Grand Dictionnaire Universel de Larousse du XIXe siècle s’en remet à l’expérience du Compte Agénor de Gasparin, jésuite positiviste et auteur de Des tables tournantes, du surnaturel en général et des esprits (2 vol., 1854). Pour lui, « il n’y a ni magie, ni sortilège qui résiste à une enquête scientifique assez sincère pour tenir compte de tous les faits ». Ici, il y a une séparation nette entre le monde rationnel où la science se déploie (enquête scientifique), et un monde irrationnel relevant de l’affabulation.

L’enquête participe alors du progrès – elle participe à l’accumulation du savoir et lutte contre l’obscurantisme –, d’une philosophie, et d’une méthode fondée sur le fait et le témoignage. La vérité de l’enquête réside ici dans l’entre-deux du témoignage et du fait. « Le fait est un fait ; les erreurs du témoignage sont un fait comme un autre et un fait qui a d’innombrables témoignages pour lui » (A. de Gasparin).

Finalement, Larousse ouvre alors de nombreux domaines à la possibilité de l’enquête : judiciaire, mais aussi scientifique, agricole, etc.

Au XIXe siècle, le développement de la recherche historique appuie l’établissement de sources comme fondement de l’enquête. Il s’agit ici de l’enquête documentaire de l’historien. On remarque aujourd’hui une prolifération de l’enquête dans les sciences humaines : philosophie, sociologie, histoire de l’art, etc. Mais si elle semble toutefois plus constitutive de l’histoire, du journalisme, de la graphologie (dès 1898), elle peut aussi être institutionnelle, administrative, religieuse, psychanalytique, etc. Peut-être l’enquête risque-t-elle de perdre sa force dans sa largeur de sens actuel.

L’enquête en musicologie

Au contraire de l’histoire, la musicologie n’est pas une discipline conditionnée par l’enquête. Tout dépend de son orientation. L’analyse d’une partition cherche à rendre compte de son fonctionnement, comme d’une structure de notes fixées et ne recours donc pas à une enquête. Mais certaines analyses mêlent également une approche historique, comme une analyse génétique : recherche de documents, constitution d’un dossier, élaboration d’un scénario dont le dénouement est l’objet dont on est parti. Egalement, une analyse d’influences, la reconstitution d’un genre par exemple, permettent aussi de suivre un processus assimilé à l’enquête.

Exemple : Le Sacre du printemps de Stravinsky. Il est analysé par Pierre Boulez (« Stravinsky demeure », Relevés d’apprenti, 1966) comme une pure structure sonore qui a sa propre logique. Richard Taruskin (Stravinsky and the Russian traditions, 1996) au contraire, en fait une analyse replaçant l’œuvre dans son contexte historique. Autre cas : l’édition critique d’une partition. Elle repose également sur un travail s’approchant d’une enquête parce qu’elle cherche à établir un texte sûr, lié à l’idée d’une vérité du texte originel, à partir de confrontations de sources.

Hervé Lacombe illustre alors son propos d’après sa propre expérience : un travail mené sur Le voyageur sans bagages (1944), une musique de scène de Francis Poulenc, disparue. A partir de sa redécouverte, il a fallu mener une enquête historique, stylistique, et philologique notamment.

Compte rendu établi par Dimitri Kerdiles et Hélène Heyraud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *