Archive et création : entre ordre et désordre – Séance 2 – Impact de la pratique archivistique sur la recherche – 2

« Déchiffrement et reconstruction : archives, médiation et béances » par Lénaïg Le Faou

Lénaïg LE FAOU est doctorante en Études Cinématographiques (Université de Montréal/Université de Rennes 2), membre du laboratoire de recherche en cinéma de l’Université Rennes 2, attachée de recherches au GRAFICS à l’Université de Montréal.

Résumé :

Depuis les années 1970, le statut du document d’archives à été réévalué. Les documents ne sont plus envisagés comme preuves mais comme traces à déchiffrer et, dans le champ des études cinématographiques, les archives « hors-film » ont commencé à être considérées. Cependant, les questions posés par le travail de l’historien sur l’archive ne sont pas pour autant résolues. Les fonds d’archives se caractérisant davantage par leur incomplétude que par leur intégrité, le chercheur est contraint de construire son analyse à partir d’indices, au sein de l’espace entre ce que le document dit et ce qu’il ne peut pas dire.

En prenant comme objet de réflexion le fonds d’archives de la Commission de Recherches Historiques de la Cinémathèque française, composé des documents de travail de la commission qui s’est consacrée, de 1943 à 1966, à mener des entretiens avec des pionniers du cinéma, je me demanderai comment le chercheur peut travailler à partir d’un matériel qui a subi diverses mutations et comment il peut combler l’absence d’information en discernant ce qui relève de l’instance productrice du fonds ou de la classification et des destructions opérées a posteriori, quand le document est devenu « archive ».

Cette communication aura donc pour but d’analyser la nécessaire adaptation de l’historien face au document d’archive, entre reconstruction et interprétation, à l’orée de l’intelligible et du sensible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *