Journée d’étude Créer avec l’archive : détournement et manipulation – Programme

« Créer avec l’archive : détournement et manipulation »

20 juin 2013 – Université Rennes 2

Présentation de la journée par Jeanne Le Gallic et Marie Bulté

L’interrogation du double mouvement entre l’œuvre et l’archive lors du séminaire 2012 d’ALEF a permis de dégager l’archive comme matière première mais aussi comme visée de la production artistique et littéraire. L’archive (en tant que document mais aussi trace, rappel du passé) est déployée, détournée, réemployée au sein de l’œuvre. Elle peut devenir « jeu » entre le passé et le présent, entre la mémoire et l’histoire, entre le vrai et le faux et faire l’objet d’une manipulation, d’un détournement, voire d’une falsification. L’œuvre peut à son tour devenir une archive et ainsi faire trace de sa propre histoire et de sa propre mémoire.

Que devient l’archive lorsqu’elle quitte son espace institutionnel pour entrer dans le monde de l’art et de la littérature ? Garde-t-elle ses propriétés intrinsèques, ses valeurs de commencement et de commandement (dont parle Jacques Derrida dans Mal d’Archive, 1995) ? Perd-elle son caractère documentaire et sa valeur d’authentification si elle se destine à servir une fiction ? L’espace artistique et littéraire remet-il en question l’autorité historique ou mémorielle de l’archive ?

Cette journée d’étude vise ainsi à interroger ces possibles pratiques de détournement et de manipulation. Elle permettra aux doctorants et jeunes chercheurs d’interroger cette thématique autour de communications marquées par la pluridisciplinarité qui caractérise le laboratoire : études cinématographiques, théâtrales, musicologiques, plastiques et littéraires.

Session 1 (modération : Simon Daniellou et Vincent Escalle)

Lydie Delahaye (Paris 8) : Déterritorialisation du film d’archive – le document filmique exposé au musée.
Dans un texte publié en 1898 et intitulé « Une nouvelle source de l’Histoire », Boleslaw Matuszewski, prenant en considération l’aspect historique du cinéma, constate l’importance du document cinématographique : « Ce simple ruban de celluloïd constitue non seulement un document historique, mais une parcelle d’histoire. » Au cours des dernières décennies, en raison notamment des nouvelles possibilités technologiques, le médium film se voit de plus en plus représenté dans les expositions. Afin d’aborder la question du rôle de films d’archives exposés dans les musées d’art, il s’agira d’étudier les glissements qui s’opèrent et d’interroger les répercussions de ces glissements dans le discours historique que propose le musée, et par là même, d’envisager cette propension anthropologique dans des pratiques curatoriales comme une possibilité de reconsidérer l’histoire de l’Art comme une histoire des formes.
Lydie Delahaye est doctorante contractuelle en Etudes cinématographiques à l’Université Paris VIII et membre associé à l’IHTP – Institut d’histoire du temps présent (CNRS). Ses recherches doctorales portent sur les films d’archives exposés dans les musées d’art ainsi que les relations entre cinéma, images d’archives et art contemporain. Elle s’interroge ainsi sur les différentes stratégies curatoriales visant d’une manière ou d’une autre à déplacer l’archive de son contexte originel pour l’exposer dans un contexte muséal. Elle a précédemment obtenu un Master en Esthétique à l’Université Paris 1 Sorbonne et un DNSAP à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Elle coordonne depuis cette année un séminaire commun avec le laboratoire du CRIalt de l’université de Montréal.

Marianne Charbonnier (Aix-Marseille) : La scénographie du document d’archives dans le webdocumentaire.
On assiste aujourd’hui dans le monde de l’audiovisuel à l’avènement des webdocumentaires. Si on connaît depuis longtemps la manière d’utiliser des archives dans des documentaires linéaires pour la télévision, qu’en est-il de leur utilisation sur le web ? Ainsi l’utilisation des archives dans un webdocumentaire est-elle uniquement une valorisation pour une diffusion proche de l’exposition, ou bien entre-t-elle réellement dans un procédé narratif et créatif ? Une chose est sûre, une nouvelle scénographie de l’archive se met en place.
Marianne Charbonnier est doctorante en 2e année au laboratoire ASTRAM, Université d’Aix-Marseille, titulaire d’un BTS audiovisuel, d’une licence et d’un master Sciences Arts, techniques de l’image et du son (SATIS) option montage. Membre de la revue E-lla, sa recherche porte sur les nouveaux dispositifs audiovisuels et leur relation avec l’histoire et la mémoire.

Session 2 (modération : Aurélien Bécue et Jeanne Vauloup)

Julie Bergeron-Proulx (Montréal/Liège) : La recherche archivistique comme moteur de création dans Volkswagen blues et Une paix royale.
Cette communication sera centrée sur l’emploi de l’archive comme moteur de création dans deux romans : Volkswagen blues ( Jacques Poulin, 1984) et Une paix royale (Pierre Mertens, 1995). Ces romans abordent la problématique de la recherche archivistique dans une quête de sens à différents niveaux. Si l’archive, hors du cadre artistique et littéraire, vise d’abord la conservation et l’authentification, nous montrerons le détournement qui y est opéré dans les deux textes étudiés : l’étude archivistique par les héros narrateurs vise ici moins une connaissance historique que son appropriation et sa transformation en matériau créateur. L’emploi romanesque du matériel archivistique comme moteur de création sera étudié selon trois axes : la création individuelle, littéraire et historique. Il sera en outre démontré que ces trois niveaux de création s’entrecroisent pour transformer l’archive en un matériau identitaire, appropriable et à même de produire du sens en-dehors de son sens premier.
Doctorante, Julie Bergeron-Proulx (Université de Montréal / Université de Liège) travaille sur la construction de l’imaginaire national dans le roman en Belgique francophone et au Québec (1830-2000). Elle est boursière du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et est dirigée dans ses recherches par les professeurs Micheline Cambron et Jean-Pierre Bertrand.

Elodie Vaquero Nourrisson (Toulouse 2-Le Mirail) : Insertion et manipulation des archives : l’exemple de Des larmes sous la pluie de Rosa Montero.
Inspiré du bref roman de Philip K Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, et par voie de conséquence du film de Ridley Scott, Blade Runner, Des larmes sous la pluie que Rosa Montero publie en janvier 2013, relate l’histoire de Bruna Husky, une techno-humaine, autrement dit une créature mi-machine mi-femme, devenue détective privée, qui se voit confier une enquête au sujet d’une vague d’attentats suicides chez les androïdes. Afin de permettre au lecteur de mieux cerner le contexte spatio-temporel de ce roman d’anticipation, à savoir le Madrid de l’an 2109, l’auteure entrecoupe le récit de rapports des Archives Centrales. Aussi, nous nous interrogerons sur les modalités d’insertion de documents d’archives au sein du récit mais aussi sur la portée de ces archives présentées en version modifiable et de fait largement détournées au profit d’idéaux politiques à peine dissimulés.
Docteur en espagnol de l’Université de Toulouse II – Le Mirail, auteure d’une thèse sur le factuel et le fictionnel dans la production littéraire d’Antonio Muñoz Molina, les recherches d’Elodie Vaquero Nourrisson portent principalement sur le roman contemporain hispanique.

Session 3 (modération : Marie Bulté et Dimitri Kerdiles)

Aline Vennemann (Rennes 2/Freie Universität Berlin) : Elfriede Jelinek et Peter Wagner : un théâtre post-documentaire ?
Le théâtre germanophone des années 1990 marque un retour au document dont il souligne cependant la nature ambivalente. L’effet de réel et la question de l’authenticité historique sont aussi au coeur des textes d’Elfriede Jelinek (prix Nobel de littérature en 2004) et de Peter Wagner (artiste régional engagé). Pour ces deux auteurs avant-gardistes de l’Autriche contemporaine, le théâtre constitue un moyen efficace pour déconstruire les discours idéologiques et mensongers du gouvernement qu’ils relient aux plaies refoulées d’un passé équivoque. Leur théâtre construit une sur- ou hyper-réalité qui dépasse le cadre fixé en Allemagne fédérale par l’esthétique documentaire d’un Weiss, Hochhut ou Kipphardt. La mise en scène des données recueillies aux archives et auprès des témoins, suffit-elle pour dire et faire voir la vérité ? L’étude de quelques textes et performances choisis tâchera de définir ce nouveau type de théâtre engagé que l’on pourrait qualifier de post-documentaire.
Agrégée d’allemand (2009) et titulaire d’un Master en philosophie et en études germaniques, Aline Vennemann poursuit actuellement une thèse en cotutelle sous la direction de Mme Maier (Université Rennes 2) et de Mme Kolesch (Freie Universität Berlin). Depuis 2012, elle enseigne la linguistique diachronique à l’Université de Haute-Alsace. Dernière publication : « L’histoire ne peut pas mourir » ou la hantise de l’austro-fascisme dans le théâtre d’Elfriede Jelinek, Christiane Page (dir.), Écritures théâtrales du traumatisme – esthétiques de la résistance, Rennes, PUR, 2012, p. 189-200.

Pierre-Yves Macé (Paris 8) : Archive sonore et représentation dans Different trains de Steve Reich.
Avec Different Trains (1988), pour quatuor à cordes et bande magnétique, le compositeur américain Steve Reich déclare avoir initié une forme nouvelle de musique vocale qu’il se plaît à nommer «documentaire musical». L’enquête menée par le compositeur porte sur son rapport personnel à la Shoah. Elle repose sur un montage de témoignages enregistrés qui rendent compte de deux événements : les voyages en train du compositeur en Amérique lors des années 1941-1942 et la déportation des Juifs en Europe à la même période. De cette dichotomie, l’œuvre fait émerger une dialectique en trois moments, où la grande Histoire et la petite histoire se répondent. En  ligne de mire de cette dramaturgie sonore se pose la question de l’irreprésentable, que le compositeur américain traite d’une façon très personnelle : en suspendant la pulsation qui est le fondement même de toute son oeuvre.
Pierre-Yves Macé est compositeur et musicologue. Soutenue en 2009, sa thèse entreprise à Paris 8 sous la direction de Christian Corre est publiée en 2012 (Musique et document sonore, Presses du Réel). Musicographe pour diverses revues (Mouvement, Accents, nonfiction.fr) et le Festival d’Automne à Paris, il est également conférencier pour l’Ensemble Intercontemporain.

Marie Quiblier (Rennes 2) : Tout ceci (n’)est (pas) vrai : imitation et détournement des usages de l’archive en danse.
Dans le titre Tout ceci (n’)est (pas) vrai, les parenthèses désignent d’emblée la nature ambivalente de la pièce de Thierry Baë créée en 2003. Construit sous la forme d’une conférence dansée, Tout ceci (n’) est (pas) vrai expose deux expériences fictives de reconstructions chorégraphiques. Reprenant à son compte les méthodes et les discours de nombre de projets nourris du fantasme de retour à l’original, Thierry Baë en force le trait et livre une authentique parodie du genre. Si l’enquête quasi-policière à laquelle se prête le chorégraphe pour retrouver « La Danse de la Santé » créée par son aïeul Jules Amédée Baet rappelle le déficit d’archives en danse contemporaine ; l’embrasement du seul film qui subsiste de l’œuvre de Dora Valès renvoie à la précarité des documents historiques et la surinterprétation des traces que pratiquent les danseurs met en exergue les « trous » qui jalonnent l’histoire de l’art chorégraphique.
Docteur en Histoire de l’art, Marie Quiblier a réalisé une thèse sur la reprise en danse. Elle intervient régulièrement dans les départements d’Histoire de l’art, des Arts Plastiques et des Arts du spectacle de l’Université Rennes 2. Elle est depuis 2007 chargée d’action culturelle du Musée de la danse.

Programme JE ALEF Créer avec l’archive

Affiche JE ALEF Créer avec l’archive


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *