Programme Séminaire 2012 – De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre

De l’œuvre à l’archive : de l’archive à l’œuvre

L’archive est un objet qui s’est imposé par son double intérêt méthodologique et théorique. D’un point de vue méthodologique, l’archive est un outil privilégié de la recherche scientifique, auquel tout chercheur se confronte quel que soit son champ disciplinaire. Mais l’archive revêt également un intérêt théorique prononcé.
Dans son essai Mal d’Archive paru en 1995, Jacques Derrida rappelle l’étymon grec arkhé, qui situe l’archive au croisement du commencement et du commandement. L’archive institue dès lors un double principe issu à la fois d’un commencement historique, physique ou ontologique et d’un ordonnancement, d’une compétence qui témoigne d’un pouvoir de consignation, de rassemblement et de fixation de l’archive. Elle est donc moyen d’instituer et de conserver la mémoire.
Faisant écho à ce schéma derridien, il semble en effet exister dans les œuvres d’arts contemporaines une tension dans leur recours à l’archive. L’archive est dans le même temps medium de la production artistique (dans les arts plastiques, au cinéma, au théâtre, en littérature) et visée potentielle de cette production. En confrontant, en déplaçant ou en associant l’archive à l’oeuvre, on déploie donc un faisceau de questionnements qui traversent l’acte de création artistique, son rapport à la mémoire, à l’institution, à la visibilité ou encore à la totalité.
Mais, l’archive a paradoxalement affaire à l’oubli, menace inhérente à sa propre existence tant l’institution d’une archive produit nécessairement un choix mémoriel qui conserve une histoire pour en délaisser d’autres. Au vu du développement exponentiel des nouvelles technologies, ce risque intrinsèque à l’archive se déploie sous de nouvelles modalités. En effet, l’archive à l’ère numérique tend à se démultiplier puisqu’elle ne procède plus nécessairement d’une institution et d’une décision archivistiques. Et devant ce « trop d’archive », le risque de l’oubli réapparaît sous la forme de la dilution et de l’indifférenciation.
L’arkheîon grec ou l’archivium latin sont d’ailleurs comme le mentionne Derrida le lieu où sont à la fois recueillis et interprétés les documents officiels, mais aussi le passage du privé au public, « au croisement (…) du lieu et de la loi, du support et de l’autorité » . Il sera donc possible de questionner ces lieux de mémoire, appelés « les Archives », à l’heure de la dématérialisation des données et de l’apparition de nouvelles formes d’archives telles que les « archives ouvertes ». A la fois mouvement de rassemblement et de dissociation, l’archive ne semble plus en mesure de garantir les limites du privé et du public, du secret et du visible, de la totalité et du fragment. Ces différents couples antinomiques doivent dès lors être observés par le prisme de la production artistique qui renégocie et institue sa propre conception de l’archive, en archivant ses propres œuvres, en la faisant œuvrer ou en la faisant œuvre.
Nos sociétés imposent en effet un rapport au temps toujours davantage centré sur le présent et nourrissent un imaginaire de l’ici et du maintenant. La question du rapport aux archives se pose alors comme un enjeu contemporain majeur : archives comme traces matérielles du passé mais surtout preuves qu’un présent se fait jour à chaque instant. Qu’est-ce qui fait archive et qui fait l’archive ? Où se situent les frontières entre l’œuvre et l’archive ? Comment parvenir à une totalité de l’archive sans risquer de la faire disparaître ?
Si ces questionnements restent les axes principaux de notre recherche, plusieurs pistes de réflexion se démarquent dès à présent. Outre des approches historiques et philosophiques nécessaires et préalables à une définition contextualisée de l’archive, il apparaît intéressant d’interroger le statut de « l’archivistique », le rapport de l’archive à l’Institution, la falsification de l’archive voire son détournement ou encore la notion d’archive vivante. Au coeur du processus double de réception et de création, l’archive semble donc se perdre, se renouveler et s’actualiser sans cesse au contact de la production artistique.

Programme

1er mars 2012 : Séance introductive, définitions historiques et philosophiques.
Séance coordonnée par Jeanne le Gallic
Alexandre Serres : De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique.
Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, co-responsable URFIST Bretagne-Pays de la Loire.
Patrice Marcilloux : Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui.                                                                                                Maître de conférences et conservateur du patrimoine, responsable de la licence professionnelle Traitement et gestion des archives et des bibliothèques et enseignant au sein du master 2 Archives et réseaux documentaires de l’université d’Angers.

12 avril 2012 : L’Archive comme institution
Séance coordonnée par Jeanne Vauloup
Jean-Marc Poinsot : Professeur à l’université Rennes 2, historien de l’art contemporain, il s’intéresse principalement à l’histoire des expositions et à la critique d’art depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Il est également directeur de l’École doctorale Arts Lettres Langues et Président des Archives de la critique d’art et dirige la revue de l’édition francophone en matière d’art contemporain Critique d’art.
Séance en partenariat avec Les Archives de la critique d’art. La séance aura lieu dans les locaux du centre d’archives. (www.archivesdelacritiquedart.org)

3 mai 2012 : L’Archive comme lieu de mémoire
Séance coordonnée par Jeanne Le Gallic
Sophie Lucet : Professeure en Études théâtrales à l’université Rennes 2, à l’origine du projet de création d’un centre de ressources pour les écritures scéniques contemporaines.
Séverine Leroy : doctorante en Études théâtrales et ingénieur d’études à l’université Rennes 2.

14 juin 2012 : L’Archive et les nouvelles technologies
Séance coordonnée par Vincent Escalle
Nicolas Thély : Professeur en Art, Esthétique et Humanités numériques à l’université Rennes 2, directeur du séminaire « Best practices » dans le cadre du post-diplôme de l’école d’art d’Annecy.
Olivier Ertzscheid : Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, IUT de la Roche-sur-Yon.

4 octobre 2012 : Détournement / Falsification / Réemploi
Séance coordonnée par Simon Daniellou et Aurélien Bécue
Éric Thouvenel : Initials MM (Marilyn chez les autres).
Maître de conférences en Études cinématographiques à l’université Rennes 2, spécialiste des pratiques de remploi dans le cinéma expérimental et les arts visuels contemporains.
Chloé Tazartez : Construire l’événement, manipuler les traces : l’élaboration du 11 septembre dans The Zero de Jess Walter.
Doctorante en Littérature générale et comparée à l’université Rennes 2, spécialiste de littératures américaine et arabe contemporaines et de la représentation du terrorisme dans ces littératures.

29 novembre 2012 : Les Livres d’artistes
Séance coordonnée par Jeanne Vauloup et Vincent Escalle
Leszek Brogowski : LJC Archive : la mémoire de l’art comme art. Document, archives, mémoire, histoire.
Professeur d’esthétique et de théorie des arts plastiques dans le département Arts plastiques de Rennes 2, spécialiste des publications d’artistes et des pratiques de l’imprimé dans l’art depuis les années 1960. De 2006 à 2012, il a dirigé l’équipe de recherche « Arts : Pratiques et Poétiques ». Arts : pratiques et poétiques »
Jérôme Dupeyrat : LJC Archive et l’exposition du travail de Lefevre Jean Claude.
Doctorant en esthétique à l’université Rennes 2 et enseignant à l’École supérieure des beaux-arts de Toulouse, co-fondateur de la Revue 2.0.1. ainsi que des éditions BAT (Books, Art & Texts).

Lecture-exposition de l’artiste Lefevre Jean-Claude.

6 décembre 2012 : L’Archive comme invention
Séance coordonnée par Dimitri Kerdiles et Simon Daniellou
Laurent Le Forestier : Restaurer / Réinventer : le film vs l’archive. Le cas Vigo.
Professeur en Études cinématographiques à l’université Rennes 2, membre du conseil d’administration de l’Association Française de Recherche sur l’Histoire du Cinéma (AFRHC) et du comité de rédaction de la revue 1895.
Marie Bulté : Les Aubes écarlates de Léonora Miano : contre l’oubli de l’Histoire, des archives à réinventer.
Doctorante en Littérature générale et comparée à l’université Rennes 2, spécialiste des fictions du témoignage dans les littératures africaines postcoloniales.

 Programme Séminaire 2012-1ère partie

Programme Séminaire 2012-2ème partie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *