De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 7 – L’archive comme invention – 2

« Les Aubes écarlates de Léonora Miano : contre l’oubli de l’Histoire, des archives à réinventer » par Marie Bulté

Marie Bulté est agrégée et doctorante en littérature comparée à l’université Rennes 2 sous la direction d’Emmanuel Bouju ; elle est spécialiste des fictions du témoignage dans les littératures africaines postcoloniales. En mai 2012 elle a participé à un colloque à Montréal sur la poétique de l’enfance avec une communication intitulée « L’enfance saisie par l’histoire, les enfants soldats dans les fictions francophones postcoloniales » ; elle a également publié un article en Juin 2012 sur la « Représentation spectaculaire de l’histoire immédiate africaine dans les romans postcoloniaux » dans le 1er numéro de la revue Ad-hoc.

Résumé :

Dans le chaos immédiat de la guerre civile qui sévit dans le roman de Léonora Miano, Les Aubes écarlates (2009), une strate historique plus ancienne vient sans cesse hanter les personnages de la diégèse, celle de la traite négrière. Sous forme de voix spectrales, les morts sans sépulture, ceux qui ont été engloutis par l’océan lors de la traversée, souhaitent conjurer l’oubli dans lequel ils sont plongés. Le texte de la romancière camerounaise tente alors de réinventer des archives face à ces deux béances – absence de traces matérielles et mémorielles – qui redoublent la béance de l’océan perçu comme gouffre[1]. Réinventer des archives c’est à la fois reconstruire ce qui a été oublié, c’est « donner une valeur nouvelle »[2] aux archives lacunaires de l’histoire officielle mais c’est aussi, dans le cadre d’une écriture romanesque, revendiquer la force de la fiction face au référent historique en ne s’interdisant pas de recourir au surnaturel. Le roman de Léonora Miano peut-il faire figure, en définitive, d’« archive idéale »[3] de l’Histoire ?

[1] Cf. Edouard Glissant dans Poétique de la Relation (1990).

[2] Trésor de la langue française, entrée « réinventer ».

[3] Emmanuel Bouju, La Transcription de l’histoire – Essai sur le roman européen de la fin du XXème siècle, Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2006, p. 133.

Publication en cours


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *