De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre – Séance 1 – L’archive : définitions philosophiques et historiques – 2

Cette première séance coordonnée par Jeanne Le Gallic avait pour  vocation d’introduire la notion d’archive en interrogeant ses définitions historiques et philosophiques. Elle s’articulait autour de deux interventions : « Archives, archive, archivistique : les mots et les choses aujourd’hui » par Patrick Marcilloux et « De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique » par Alexandre Serres.

« De la trace à l’archive : quelques repères pour penser la question des traces à l’heure du numérique » par Alexandre Serres

Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Rennes 2 depuis 2002 et co-responsable de l’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) Bretagne-Pays de la Loire, depuis 2002. Membre de l’équipe de recherche PREFICS (Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones – Information, Communication, Sociolinguistique), ses principaux domaines de recherche s’articulent en deux axes. Le premier concerne « la culture informationnelle », la formation des usagers, la didactique de l’information, la notion de translittératie et les différentes cultures de l’information. Il participe également dans ce cadre à plusieurs équipes de recherche nationales. Il est enfin fondateur et animateur d’un petit groupe de recherche interrégional : le GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’Information). Le deuxième axe est tourné vers « l’évaluation de l’information sur Internet » : enjeux, notions, compétences, pratiques informationnelles, formation.

Résumé :

Pour mieux comprendre la nature et les enjeux des traces et des archives numériques, un détour théorique peut s’avérer utile. Terme polysémique, la trace, avant de devenir numérique, était une notion difficile et elle a donné lieu à plusieurs problématiques théoriques, très riches et fécondes, portées par des esprits aussi grands que Paul Ricoeur, Carlo Ginzburg, Marc Bloch, Paul Veyne, Jacques Derrida ou Bruno Latour.
Après un bref rappel de ces approches de la trace, recensées dans un texte de 2002, l’accent sera mis sur deux problématiques : celle de la trace-indice et du paradigme indiciaire de Carlo Ginzburg, et celle de la trace-mémoire, notamment avec la problématique de l’archive chez Paul Ricoeur. Il s’agira ensuite de tenter de cerner les caractéristiques et les spécificités des traces numériques, leurs principales propriétés, afin de mieux voir ce qui les distingue des traces « analogiques », à la fois en tant que traces-indices et que traces-mémoire. Nous tâcherons enfin de réfléchir à l’articulation entre traces et archives, sous les conditions du numérique.

Publication en cours


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *